Immobilier-Les investisseurs prévoient des clauses de Brexit

le
0
    6 juin (Reuters) - Les investisseurs sur le marché de 
l'immobilier d'entreprise en Grande-Bretagne prévoient des 
clauses dans leurs contrats donnant aux acheteurs le droit de 
revenir sur leur engagement si les Britanniques votent en faveur 
d'une sortie de l'Union européenne (UE), une façon de relancer 
l'activité paralysée par le risque de Brexit. 
    Face à cette incertitude, le volume des transactions sur ce 
marché a chuté de 40% au premier trimestre, selon la Banque 
d'Angleterre, les intervenants attendant de connaître l'issue du 
référendum du 23 juin pour le cas où une victoire du camp du 
Brexit aurait un impact négatif sur les prix de l'immobilier. 
    Dans un des contrats auxquels Reuters a eu accès figure une 
clause fixant une échéance après le référendum avant laquelle 
l'acheteur peut mettre fin au contrat si le Brexit l'emporte. 
    Les vendeurs aussi prennent des précautions juridiques et 
veulent une clause dans leurs contrats affirmant qu'un Brexit ne 
sera pas considéré comme un "événement significativement 
défavorable" qui permettrait d'annuler la transaction. 
    Paul Firth, chef du service immobilier du cabinet d'avocats 
Irwin Mitchell LLP, a précisé que pour une proportion importante 
des grands contrats - de 10 à 80 millions de livres (13 à 102  
millions d'euros) - soit une clause liée au Brexit était prévue, 
soit les acheteurs avait demandé à ce qu'elle y figure. 
    Il a ajouté que le recours à ce type de clause avait 
augmenté ces dernières semaines à l'approche du référendum. 
    "Les investisseurs craignent que la valeur et le rendement 
des investissements immobiliers ne baissent et que ce ne soit 
pas un investissement aussi bon si le Royaume-Uni sort de l'UE." 
    Des clauses de Brexit sont particulièrement recherchées par 
les investisseurs étrangers. Deux avocats spécialistes de 
l'immobilier ont dit que la plupart des questions concernant ce 
type de clause venait d'investisseurs étrangers qui redoutent 
qu'une victoire du Brexit n'affaiblisse la livre et ne limite 
l'attrait du marché britannique des immeubles de bureaux. 
    Trois nouveaux sondages ont placé lundi le camp du "Brexit" 
devant le camp des partisans du maintien du Royaume-Uni dans 
l'UE, avec deux à cinq points d'avance.   
     
    Lire aussi: Les banques préparent leurs équipes aux 
questions post-Brexit   
 
 (Ana Nicolaci da Costa et Esha Vaish, Juliette Rouillon pour le 
service français, édité par Bertrand Boucey) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant