Immobilier : les investissements ont bondi au deuxième trimestre en France

le
1
(NEWSManagers.com) - Avec 6,3 milliards d'euros investis dans l'immobilier en France, il faut remonter à 2009 pour trouver des montants comparables, selon la dernière étude du groupe DTZ, conseil international en immobilier d'entreprise . " Le deuxième trimestre marque un vrai rebond du marché avec 4,2 milliards d'euros d'investissement." En outre, " les investisseurs internationaux ont commencé à faire leur retour en fin de semestre" , indique l'enquête qui pointe l'arrivée massive de liquidités en provenance des fonds souverains et des compagnies d'assurance. " Depuis le début d'année, les fonds souverains étrangers représentent près d'1,7 milliard d'euros, les institutions, essentiellement les assureurs plus d'1 milliard d'euros et les OPCI/SCPI, 862 millions d'euros" , détaille l'étude.

Sans surprise, l'apport des actifs prime de Paris QCA aura été déterminant d'avril à juin, en captant plus du quart du montant investi. Mais d'après DTZ, les ventes en " distress" pourraient se multiplier dans les mois à venir en raison notamment, de la dissolution des fonds allemands (sept d'entre eux totalisant 21,2 milliards d'euros d'actifs en patrimoine).

Dans le détail, les bureaux se taillent la part du lion. Ils ont concentré au 1er semestre de cette année 73% des engagements, représentant plus de 4,6 milliards d'euros investis, soit une croissance de 18% par rapport à la même période en 2011. Ces acquisitions se sont majoritairement concentrées en Ile-de-France. Quant à la part des investissements en logistique, elle reste faible mais, avance DTZ, " elle devrait augmenter significativement à la faveur de la cession de quelques portefeuilles" .

En termes de rendements maintenant, sur la France, la compression des taux de rendement prime observée depuis mi-2009 sur les marchés les plus établis semble prendre fin. " Le taux prime bureaux s'établit ainsi à 6 % à Lyon ainsi qu'à Marseille et à 6,25% à Bordeaux" , indique également l'étude. " Sur d'autres marchés comme Toulon, Besançon ou Nîmes, les taux demeurent élevés (supérieurs à 8%), laissant encore de la marge pour une future compression des taux" .
Enfin, en 2012, la performance du marché de l'investissement devrait se situer entre 12 et 14 milliards d'euros. " Au second semestre, les actifs prime de Paris QCA situés dans une fourchette entre 10 et 50 millions d'euros devraient connaître un fort engouement de la part des investisseurs alors que les actifs non sécurisés seront toujours délaissés" , explique-t-on chez DTZ.

Par ailleurs, l'enquête relève que " le paysage français et européen du financement immobilier est en phase de recomposition sous l'effet des nouvelles normes (...). Les banques pourraient être contraintes de céder des actifs immobiliers de qualité et/ou des portefeuilles de prêts immobiliers, alors que les conditions de marché ne sont pas optimales, afin de se conformer au futur ratio Tier One. Le durcissement des conditions de refinancement des banques pourrait contraindre certains acteurs à la cession de leurs actifs, en d'autres termes à des ventes forcées. Avec la mise oeuvre de la réforme Solvency II, les compagnies d'assurance devraient représenter jusqu'à 20% du marché européen du crédit immobilier d'entreprise mais cela semble pour l'heure insuffisant pour compenser le retrait des banques du financement immobilier. Ainsi, conclut DTZ, des opportunités d'investissement seront à saisir et certains d'acteurs sont d'ores-et-déjà en ordre de bataille" .
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fmaury13 le mardi 24 juil 2012 à 15:15

    tiens;; c'est crise mais pas pour tout le monde en tout cas;; allez bosser les pauvres tant que vous avez un boulot;; pas de hausse de salaire avant votre mort;; mais pour nous la caste auto proclamé du capitalisme triomphant;; ca va bien merci