Immobilier: les Français ne constatent pas de baisse des prix

le
16

Une étude Orpi montre que l'absence de réel mouvement de baisse rend acheteurs et vendeurs prudents ce qui gèle le marché.

Les effets positifs de la baisse des prix de l'immobilier annoncée depuis trois mois se font attendre... à tel point que le réseau d'agences Orpi a souhaité prendre la température sur le terrain. Le sondage réalisé à la fin du mois de mars en collaboration avec l'institut Ipsos, donne une réponse assez claire. 55% des Français ne constatent pas le tassement tant attendu. Seule une minorité d'entre eux (45%) considère en effet que cette baisse des prix est avérée sur l'ensemble du territoire français et 38% seulement dans leur propre région. Chez les acheteurs, la baisse des prix est considérée comme réelle au niveau national pour une courte majorité (54%) mais ils affirment qu'elle ne concerne pas leur région de résidence.

Pour Bernard Cadeau, PDG du réseau Orpi, cette baisse des prix jugée insuffisante explique la morosité du marché en démotivant les acquéreurs. Aujourd'hui, 58% des Français déclarent ainsi ne pas avoir l'intention d'acheter un bien immobilier. Et l'écrasante majorité de ceux qui souhaitent devenir propriétaires affirment ne pas vouloir accélérer leur projet (83%). Près d'un tiers dénoncent des prix qui n'ont pas suffisamment baissé, et 29% regrettent que les biens qui les intéressent n'aient pas profité de la baisse annoncée.

Acheteurs et vendeurts campent sur leur position

Un constat qui se heurte au ressenti des vendeurs, qui parfois arcboutés sur les prix très élevés qui avaient cours avant la crise, voient la pression sur les tarifs d'un mauvais oeil. Contrairement aux acheteurs, ils sont nombreux à relever la tendance baissière en France (72%) et dans une moindre mesure, dans leur région de résidence (62%). Un vendeur sur cinq préfère ne pas mettre son bien sur le marché, la moitié d'entre-eux espérant un retournement de la situation pour faire une meilleure affaire.

Au final, les deux parties ont du mal à s'entendre. «Le dynamisme du marché immobilier en 2014 n'est toujours pas à l'ordre du jour. L'équilibre entre l'offre et la demande continue de poser problème et grippe le marché dans son ensemble. Chacun campe sur ses positions: l'acheteur qui aimerait des prix plus justes, plus en lien avec ses capacités financières et le vendeur qui au travers d'une analyse erronée du marché continue de croire que son bien se vendra à un prix rêvé!», analyse Bernard Cadeau.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1945416 le mercredi 9 avr 2014 à 08:15

    le problème c'est que "les profiteurs " sont soutenus, non seulement vous ne pouvez pas les virer, quand ils ne payent pas le loyer (alors que vous devez continuer à rembourser le crédit) , ils ne vous rembourse nt pas les loyer du, mais en plus vous devez rénover , car vous retrouver votre bien dans un état lamentable... et oui c'est aussi une réalité pour des propriétaires loueurs ... mais bon ça ...

  • SuRaCtA le mardi 8 avr 2014 à 15:11

    Non, le plus scandaleux est de devoir attendre des années et payer encore de frais de procédure pour voir ses locataires indélicats quitter votre logement sans jamais vous rembourser...

  • mfouche2 le mardi 8 avr 2014 à 14:26

    Ajoutez et c'est le plus scandaleux de 12 à 18 000 € de honoraires d'agence pour une acquisition de 300 000 € et vous comprendrez ce qui fait que l'immobilier est si cher et si sclerosé en France. Du reste la mère Duflot aurait dû s'intéresser à réglementer ces honoraires plutôt qu'à créer un système de défiscalisation de type usine à gaz peu atrrayante et qui ne contribuera pas à la relance du secteur.

  • M1945416 le mardi 8 avr 2014 à 13:41

    24 533€ de frais de notaire, (pour un achat de 300 000€), ça en fait des années de loyer, rajouter à ça la taxe habitation , c'est à se demandé si ça vaut le coût de devenir propriétaire, surtout qu'on a droit au logement...

  • M1945416 le mardi 8 avr 2014 à 13:31

    alors bon , les donneurs de leçon ....

  • M1945416 le mardi 8 avr 2014 à 13:30

    M3567571,si c'est le sujet, en immobilier les frais de notaires , sont en majorité des taxes pour l'état, ça finance le social , sans compter qu'une fois propriétaire, les taxes habitation -foncière , ça finance aussi le social... quand a mes voisins, qui sont en logement sociaux , vivent grace à leur ribambelle de gamins (dont c'est moi qui paye avec mes impôts), sans bosser , je ne vois pas ou est la prospérité apporté

  • SuRaCtA le mardi 8 avr 2014 à 12:25

    M3567571 ce qui devrait être interdit, c'est le nivellement généraslisé par le bas et la paupérisation organisée par nos élites en laissant partir une partie de ces forces vives et en les remplaçant par une bonne part de parasites... C'est de la haute trahison, mais par directement lié au sujet effectivement même si cela ne favorise pas le marché immobilier...

  • penilope le mardi 8 avr 2014 à 11:23

    on appelle ce moment:l'oeil du cyclone.les acheteurs commencent à faire le deuil de leurs achats et les vendeurs restent dans leurs bulles jusqu'au moment où les dits vendeurs devront vendre (fin du crédit relais, paiement des frais de succession, divorce, mutation, prise en charge de la dépendance)dans un marché où l'achat immobilier sera passé de mode durablement.cet article a au moins l'avantage de donner une photographie réelle de ce marché quoi qu'on en dise.

  • roureber le mardi 8 avr 2014 à 10:42

    L'immobilier est surévalué tout le monde le sait !taxé à mort aussi on le sait ! meme si les taux sont bas les metres carrés aussi,alors personne n'achète ou alors les transactions sont faites par propriétaires de gré à gré. Les banques l'ont si bien compris qu'elles ne pretent plus !

  • M3567571 le mardi 8 avr 2014 à 10:39

    @M1945416 Ce n'est pas le sujet, donc ne viens pas cracher ta haine des étrangers ici. Tu viens de dire toi même que 125000 français se taillent, donc pour toi ça doit être normal d'un coté et interdit de l'autre coté!!!!! lave toi les yeux et sache que si la France est prospére c'est justement grâce à sa diversité.