Immobilier : les acheteurs appellent au professionalisme

le
1
Morosité économique oblige, les futurs acquéreur plus prudents, attendent de réels conseils de la part des professionnels de l'immobilier. Un appel à rénover la profession.

L'étude réalisée pour le réseau d'agences immobilières Guy Hoquet le confirme: les acheteurs sont aujourd'hui demandeurs d'un accompagnement professionnel dans leurs démarches d'acquisition. Intitulé «la perception du métier d'agent immobilier», le sondage* montre que malgré le développement du marché «on line», les acquéreurs comme les vendeurs souhaitent des interlocuteurs qui aient une bonne connaissance du marché local, et un contact direct et humain pour finaliser et sécuriser les opérations. Une aubaine pour les agences immobilières, car ces caractéristiques pousseraient justement les personnes sondées à pousser leur porte. Du moins en théorie.

Selon l'étude, les propriétaires souhaitant vendre leur bien seraient en effet moins d'un quart (22 %) à s'adresser directement à une agence. Une performance assez médiocre qui trouve sa source «dans la mauvaise image associée aux professionnels du secteur», d'après Frédéric Monssu, directeur général du réseau Guy Hoquet. Lors un précédent sondage le manque de professionnalisme et le harcèlement pratiqué par certains agents souhaitant caser leur mandat à tout prix avaient été pointés du doigt. «Lorsque le marché immobilier était porteur, les agences immobilières n'avaient pas de réels efforts à faire pour offrir des services à leurs clients. Aujourd'hui c'est différent», explique Frédéric Monssu membre, de l'Union des professionnels des services immobiliers (Upsi) qui milite pour la refonte de la loi Hoguet.

L'idée, soutenue également par la ministre du logement Cécile Duflot, est d'apporter davantage de sérieux dans le secteur en obligeant les commerciaux à obtenir un diplôme spécifique. L'instauration d'un conseil supérieur chargé d'assurer le respect de la réglementation et notamment l'affichage des honoraires et des diagnostics obligatoires est aussi à l'étude. Objectif: tirer la profession vers le haut, et faire le ménage parmi les indépendants notamment- qui s'improvisent agents immobiliers. «Je pense que tout le monde peut y gagner. Dans une transaction de particulier à particulier, rien n'assure l'acquéreur que le prix proposé correspond à celui du marché, alors que l'agent immobilier est comme un commerçant de proximité, il connaît son quartier. Quant à l'État, la TVA ne pourra plus lui échapper», assure Frédéric Monssu.

Et face à la concurrence d'internet - 46 % des futurs acheteurs consultent d'abord les sites d'annonces- le directeur général de Guy Hoquet répond par le service. «L'opportunité de notre profession se situe dans la qualité, la diversification des services et dans sa capacité à répondre aux nouveaux modes de consommation. A contre-courant de la tendance actuelle à la dématérialisation, nous croyons en l'avenir du point de vente physique s'il se combine à un service multi-canal - web, physique, téléphonique - et multi-métier: la vente, l'achat de neuf ou d'ancien, la location, mais aussi la gestion, ou encore le viager», explique-t-il. Comme plusieurs de ses concurrents, et la plupart des promoteurs dans le neuf, les agences proposent aujourd'hui des garanties, souvent offertes, contre les vices cachés et les risques de moins values à la revente du bien.

* Sondage réalisé par l'Institut CSA du 19 au 21 mars 2013 auprès d'un échantillon national représentatif de 1 220 personnes âgées de 18 ans et plus selon la méthode des quotas.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • arnoge le dimanche 9 juin 2013 à 14:32

    Les agents immobilières sont des vautours ! Demander 10% sur le prix d'un bien, c'est de l'escr0querie purement et simplement ! Ils ne servent à rien ! Réunir les annonces ? Dommage Internet est là désormais, allez vous faire f... ! Payer 30000€ sur un bien de 300000€ juste pour qu'un agent immobilier mette votre annonce dans son agence et qu'il fasse quelques visites... Mais de qui se moque-t-on ? HONTEUX !