Immobilier : le pouvoir d'achat des Parisiens en chute libre

le
7
Moins d'un Parisien sur deux peut aujourd'hui acheter un logement à dans la capitale, malgré des revenus supérieurs à ceux du reste de la France et un apport personnel conséquent.

Qui peut encore acheter un logement à Paris? Avec un prix moyen de 8260 euros le m2 au premier trimestre, selon les notaires, les Parisiens sont de moins en moins nombreux en ce début d'année à acheter un bien dans la capitale. Les ventes ont ainsi chuté de 16% en février sur un an et de 21% en mars, alors que dans le même temps les taux des crédits immobiliers ont eux baissé de 0,4% en moyenne (3,92% sur 20 ans), selon le courtier Meilleurtaux. Mais ces meilleures conditions de financement et la hausse des revenus des Parisiens ne permettent pas de compenser la flambée des prix. Loin s'en faut.

«Depuis 2000, les prix de la pierre à Paris ont flambé de 186% et le pouvoir d'achat immobilier pour une mensualité représentant un tiers du revenu moyen d'un couple parisien a lui baissé de 43%», explique Hervé Hatt, directeur général de meilleurtaux.com. Concrètement, alors qu'en 2000 un ménage parisien pouvait acheter 51 m2, en empruntant 145.373 euros (pour une mensualité représentant un tiers de ses revenus) à 5,84%, il ne peut plus s'offrir aujourd'hui qu'un 29 m2, mais en empruntant cette fois 242.567 euros (pour une mensualité représentant un tiers de ses revenus actuels) à 3,80% (pour un excellent dossier).

Les résidents des autres régions françaises ont également vu leur pouvoir d'achat immobilier baisser, mais dans de moindres proportions qu'à Paris: alors qu'en 2001, ils pouvaient s'offrir un 70 m2 en moyenne, ils ne peuvent acheter qu'un 53 m2 aujourd'hui.

Avenir très incertain

Malgré des revenus nettement supérieurs à ceux du reste de la France (8345 euros par mois pour un couple en moyenne, contre 4986 euros ailleurs), un apport conséquent (175.955 euros contre 68.890 euros dans le reste de la France) et des durées d'emprunt inférieures à la moyenne nationale (17,7 ans contre 18,9 ans en moyenne), moins d'un Parisien sur deux (47,3%) achète de l'immobilier à Paris, selon l'étude de Meilleurtaux. «Compte tenu du niveau élevé des prix, un tiers des Parisiens achètent en Ile-de-France et près de 20% en province, soit pour acquérir une résidence secondaire, soit pour investir et louer le bien, soit pour leur résidence principale et quitter ainsi Paris», constate Sandrine Allonier, responsable des études économiques de meilleurtaux.com.

L'avenir s'annonce très incertain pour l'immobilier parisien. «Beaucoup d'incertitudes demeurent sur l'évolution du marché parisien... Les taux sont actuellement très avantageux et devraient le rester encore quelques mois. Reste à savoir si la baisse de la demande permettra une baisse des prix qui, combinée à ces bonnes conditions de financement, entraînerait une remontée du pouvoir d'achat immobilier à Paris», conclut Hervé Hatt.

LIRE AUSSI:

» Immobilier: ne vous pressez pas de vendre

» Baisse modeste des prix de l'immobilier à Paris

» Immobilier: les deux scénarios des notaires

SERVICE:

» Retrouvez toutes les annonces immobilières à Paris avec Explorimmo

SUIVEZ LE FIGARO IMMOBILIER SUR:

» Twitter: @LeFigaro_Immo

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • idem12 le mercredi 13 juin 2012 à 07:15

    je pense qu'ils se sont basé sur les revenus des acquéreur parisiens car il est clair qu'il ne s'agit pas d'une moyenne des salariés sinon nous vivons dans un pays très très riches...

  • gepadtun le mardi 12 juin 2012 à 18:48

    Chiffres complètement faux : le ménage parisien moyen gagne 2703€ par mois et pas 8345€.C'est donc à peine un petit studio qu'il peut s'offrir. http://www.salairemoyen.com/departement-75-PARIS.html

  • M6762365 le mardi 12 juin 2012 à 18:22

    M362321 a sans doute raison. Le marché parisien est mondial...pour bien comprendre il faut se dire qu'il y a plusieurs dizaines de millions de personnes qui rêvent d'avoir un pied à terre à Paris...et qui eux, n'étant pas écrasés par les impôts, peuvent se le permettent.

  • M362321 le mardi 12 juin 2012 à 18:11

    Oui sauf que ... dans beaucoup de quartiers, ce ne sont pas des Parisiens qui achètent mais des russes, des américains, des italiens, des chinois... dans le 7e par exemple, 80% des acheteurs sont étrangers, ce qui tire les prix vers le haut. Paris n'est pas le 7e mais Paris est sur un marché mondiale, et certainement plus 'local', et ça change beaucoup de choses ... quand le Parisien moyen ne peut plus acheter, le Russe ou l'Américain qui veut un logement à Paris, lui il peut ...

  • dotcom1 le mardi 12 juin 2012 à 18:08

    Si les prix montent, c'est qu'il y a plus de demande que d'offre! Si c'est pas des Parisiens, c'est d'autres mais qu'importe?

  • M9455348 le mardi 12 juin 2012 à 18:02

    revenu de 8345 euros par mois pour un couple contre 4986 euros ailleurs : ou ont ils trouvé ces chiffres??? c'est du grand n'importe quoi !!!!

  • fmaury13 le mardi 12 juin 2012 à 17:54

    des mois que je le dis la bulle immo la vraie la grosse c'est paris point barre :::