Immobilier : le crédit toujours plus cher en janvier

le
0
INFOGRAPHIE - La remontée des taux de crédit immobilier s'est confirmée au mois de janvier. Les courtiers sont partagés sur les perspectives dans les prochains mois, entre renchérissement du coût des emprunts et simple ajustement après une baisse record en 2010.

Après avoir touché leur plus bas niveau depuis 65 ans au mois d'octobre 2010, les taux d'intérêt ont accusé une hausse en fin d'année qui s'est confirmée au mois de janvier. Selon le courtier en ligne Empruntis, les taux fixes sur 20 ans qui étaient descendus à 3,55% il y a trois mois, atteignent 4% au mois de janvier (3,80% sur 15 ans). Concrètement, explique Maël Bernier, porte parole du courtier, un crédit de 150.000 euros sur 20 ans coûte aujourd'hui près de 10.000 euros plus cher: «le coût du crédit s'est renchéri de 13%, soit exactement ce qui avait été gagné en une année entre octobre 2009 et octobre 2010». Et pour elle il ne s'agirait que d'un début. Les inquiétudes sur la dette des pays européens poussent la rémunération des obligations d'Etat (les OAT) vers le haut, et par conséquent, les taux de crédits proposés par les banques qui empruntent elles-mêmes plus cher. Empruntis prévoit d'ailleurs que les taux pourraient atteindre 4,5% d'ici le mois de juin. «Or si les taux augmentent de 1%, compte tenu du niveau des prix de l'immobilier, 20% des projets ne seront plus finançables», s'alarme-t-elle. Pour étayer son analyse, le courtier cite les chiffres de l'Insee qui établissent que la surface qu'un acquéreur pouvait acheter a chuté de 50%, et même de 70% dans la capitale, entre 1998 et 2010.

La perspective d'une hausse des taux de crédit est également défendue par Emprunt Direct. Cet autre courtier publie ce mardi son baromètre et précise que les emprunteurs peuvent aujourd'hui tabler sur des taux s'échelonnant entre 3,55% sur 20 ans pour les excellents dossiers et 3,95% pour les bons dossiers. «Les banques, qui s'étaient montrées très agressives de septembre à novembre, avaient rogné sur leurs marges dans la perspective de gagner de nouveaux clients. Mais la remontée concomitante des taux des emprunts d'État a réduit à l'époque toute marge de manoeuvre : elles sont de ce fait obligées de répercuter immédiatement toute hausse des rendements», explique Alban Lacondemine, président d'Emprunt Direct, dans un communiqué.

Philippe Taboret, directeur général du courtier Cafpi se veut quant à lui plus rassurant et maintient son analyse de la fin d'année 2010 selon laquelle aucun grand mouvement des taux n'est à prévoir. «Les taux sont remontés car les banquiers regardent dans le rétroviseur et appliquent actuellement la hausse subie par les OAT en décembre. Or après une progression de 1%, elles se détendent car l'Europe a su rassurer les marchés après les inquiétudes sur l'Irlande, l'Espagne et le Portugal». Pour preuve, il invoque les nouvelles modalités du Plan épargne logement (PEL) rendue public il y a quelques jours. «Le choix du gouvernement de fixer le taux d'emprunt pour le PEL à 4,20% confirme le pronostic d'une stabilité des taux à moyen terme. En retenant ce taux, il estime que dans 3 ou 4 ans, il sera raisonnable d'emprunter à 4,20%, et donc n'anticipe pas de retournement du marché dans les prochains mois », analyse-t-il. Selon lui, nous assistons donc simplement à un réajustement qui s'est effectivement répercuté sur les grilles tarifaires des banques mais qui n'aura pas de grande incidence sur la capacité d'emprunt des acquéreurs. D'après la Météo des taux publiée fin janvier par Cafpi, les prêts restent inférieurs à ceux consentis un an plus tôt, à 3,60% sur 20 ans. Il estime enfin que le mois de février est aussi, après les fêtes de fins d'année, celui du retour à la concurrence entre les établissements. Le crédit immobilier demeure en effet le moyen privilégié pour les banques de recruter de nouveaux clients.

LIRE AUSSI :

» Immobilier : les taux devraient rester bas en 2011

» Prévisions: faut-il avoir peur de l'inflation?

» Les Français ont souscrit moins de crédits en 2010

» Un Plan Epargne Logement rénové à partir du 1er mars

» Bercy : construire plus pour se loger mieux

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant