Immobilier : la période est plus favorable à la vente

le
0
Taux d'intérêt historiquement bas, prix qui repartent à la hausse... le marché immobilier a rebondi au troisième trimestre 2010.

La moitié des Français ne croit plus à la baisse des prix. Les derniers chiffres publiés par la Fédération nationale des agences immobilières Fnaim ce mardi semblent leur donner raison. Au troisième trimestre 2010, «la baisse des prix seulement perceptible sur près d'un quart du territoire , cède la place à une stabilité des prix et à de nouvelles hausses», explique l'organisme qui ajoute: «il n'y a plus aucun signe de baisse».

En moyenne, les prix des appartements anciens ont progressé de 2,5% par rapport au trimestre précédent, et de 4% sur un an. ils sont désormais comparables à ceux observés mi-2009. Les prix des maisons sont restés stables. Si sur un an, la hausse reste encore contenue sur l'ensemble du territoire (+0.8%), certaines zones ont en revanche connu de fortes augmentations. Comme l'affirmait récemmentla chambre des notaires d'île-de-France , Paris a atteint un nouveau record à 6.680 euros le mètre carré. D'après la Fnaim, les prix parisiens ont crû de 10% par rapport au troisième trimestre 2009.

taux «planchers»

Outre la pénurie de biens disponibles sur le marché, les experts de la Fnaim expliquent surtout le rebond des prix par les taux de crédits historiquement bas. Depuis le mois de janvier 2009, ils n'ont cessé de baisser pour atteindre 3,3% sur 15 ans au mois d'août 2010, leur plus bas niveau depuis 65 ans. L'organisme explique que ce recul des taux permet de faire baisser de 12,5% les mensualités des ménages. A taux d'effort constant, il est désormais possible pour une personne qui pouvait emprunter 100.000 euros avec un taux de 5,95% en janvier 2009 (sur 17 ans et demi) d'obtenir un prêt de 14.000 supplémentaires (le taux étant à 4,20%). Ces taux «plancher» devraient selon la Fnaim continuer de soutenir la demande, d'autant plus que la fin annoncée de certains dispositifs d'aide à l'accession pourrait précipiter la concrétisation d'achats par les primo-accédants.

Fin de la baisse des prix, acheteurs rendus plus solvables, les experts de la Fnaim estiment que toutes les conditions sont réunies pour les vendeurs qui hésitaient à mettre leur bien sur le marché. Si les intentions d'achats restent stables, 15% des Français déclarent néanmoins souhaiter acquérir un bien dans les trois ans, dont 5% dans les douze prochains mois. Soit un potentiel de 1,2 million de transactions. Sur un an, l'activité a progressé de 18%. La Fnaim estime que la barre des 700.000 ventes devrait être dépassée cette année, soit le même niveau qu'en 1999, «une année de reprise», souligne les experts.

LIRE AUSSI:

» Les crédit immobiliers au plus bas depuis 65 ans

» Immobilier : les prix à Paris atteignent un seuil historique

» Crédit : les secrets d'une bonne négociation

» Dossier spécial immobilier: où et comment acheter

» La taxe foncière explose dans les grandes villes

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant