Immobilier : la hausse des taux se poursuit

le
0
Selon le courtier en ligne Meilleurtaux, le nouveau prêt à taux zéro atténue l'impact de la montée du coût du crédit et permet aux Français de continuer à financer leur projet immobilier.

La remontée des taux d'intérêt s'est confirmée au mois de mars. Le coût du crédit retrouve ainsi son niveau du début de l'année 2010, après avoir touché un plus bas au quatrième trimestre. Il s'établit aujourd'hui à 4,10% sur 20 ans, selon le courtier en ligne Empruntis qui publie ce jeudi son baromètre mensuel. Sur un mois, le crédit est en moyenne plus cher de 0,10%. Au mois de septembre 2010, les taux d'intérêt étaient tombés en moyenne à 3,30%. Mais depuis le mois de novembre, les tensions inflationnistes -2,4% en février sur la zone euro - et les incertitudes sur la situation financière des Etats - Grèce, Irlande, Portugal - rendent le refinancement des banques plus onéreux et ont entraîné une inversion de la tendance.

Meilleurtaux qui publie également ce jeudi son Observatoire du crédit, confirme ce retournement. Le courtier affirme que 84% des banques avec lesquelles il travaille ont augmenté leurs taux de 0,15 point en moyenne sur un mois. La hausse atteint 0,4 point  par rapport au mois d'octobre 2010 et 0,2 point comparé au mois de mars l'année dernière.

D'après Empruntis, les taux ont augmenté dans toute la France. La région la moins chère est le Sud-ouest avec des taux de 3,85% sur 15 ans (contre 3,90% en moyenne). Les plus chères restent l'Ile-de-France, le Rhône-Alpes et la Méditerranée avec une moyenne de 3,95% sur 15 ans.

 

L'impact positif du PTZ+...

 

«La hausse des taux n'a pour l'instant qu'une faible incidence sur la mensualité et la capacité d'emprunt. Sur 20 ans, pour un crédit moyen de 165.000 euros, cela représente un surcoût mensuel de 35 euros. En outre, les taux demeurent à un niveau bas comparé à ces cinq dernières années (5,15 % sur 20 ans en octobre 2008), explique Christian Camus, directeur général de Meilleurtaux, filiale de la BPCE. Il donc est encore intéressant d'emprunter, du moins, pour le moment».

Selon lui, le nouveau prêt à taux zéro (PTZ+) lancé en début d'année 2011 atténue également l'impact de ce renchérissement du crédit. «il fait mécaniquement diminuer le coût total du crédit, annulant ainsi en partie l'effet de la hausse des taux, constate Sandrine Allonier, responsable des études économiques de Meilleurtaux. Elle précise que 50 % des dossiers de crédit en janvier-février 2011 incluent un PTZ +, contre 34 % en 2010 avec l'ancienne version du prêt à taux zéro.

 

... et de la délégation d'assurance

 

Meilleurtaux estime aussi que la possibilité de faire appel à un autre organisme que la banque prêteuse pour assurer son prêt permet aussi de réduire le coût global du crédit. Une délégation autorisée par la loi Lagarde. «L'assurance de prêt représente 5 à 16 % du coût total du crédit, avec des taux allant de 0,10 % à plus de 0,40 % selon les profils. Elle peut donc être un moyen de faire baisser le taux effectif global, tout en bénéficiant de très bonnes garanties» explique Christian Camus. En janvier-février 2011, 40 % des dossiers de crédit traités par Meilleurtaux comprenaient une délégation d'assurance, contre 28 % en décembre 2010.

 

Ajustement par la durée des prêts

 

Ces mesures suffiront-elles cependant à maintenir le niveau de solvabilité des acquéreurs ? L'année dernière, les taux historiquement bas avaient permis de compenser la forte hausse des prix des logements. Bien que plus raisonnable, l'immobilier continue à grimper en 2011, notamment sur les marchés tendus comme l'Ile-de-France. Les professionnels du secteur qui anticipaient le renchérissement du crédit affirmaient en fin d'année dernière que la dernière variable d'ajustement pour les ménages serait alors l'allongement de la durée du crédit. «La durée moyenne des prêts, aujourd'hui de 19 ans, a beaucoup baissé comparée notamment à 2008, où elle atteignait plus de 22 ans. Pour une mensualité de 1000 euros, on peut augmenter sa capacité d'emprunt de près de 20 % en passant d'une maturité de 15 ans à 20 ans», affirme Sandrine Allonier.

A terme, la hausse des taux va pourtant entraîner une baisse du total des crédits immobiliers accordés aux particuliers, regrette Christian Camus. Selon lui, la somme des crédits validés en 2011 devraient avoisiner 130 milliards d'euros contre 158 milliards (y compris les renégociations de prêts) en 2010. Seuls «les emprunteurs ayant souscrit un crédit entre fin 2007 et début 2009 ont en effet encore intérêt à rénégocier leur crédit, explique-t-il.

Quant aux dossiers adressés aux banques par les ménages, 15% de ceux qui auraient été acceptés au mois d'octobre, au moment où les taux étaient au plus bas, ne le seraient plus aujourd'hui révélait ce matin Bfm business..

LIRE AUSSI :

» Immobilier : le crédit toujours plus cher en janvier

» «Le prêt à taux zéro renforcé est un bon plan»

» Immobilier : faut-il acheter ou louer ?

» L'immobilier ancien a pris 17,5% sur un an à Paris

» Les crédit immobiliers au plus bas depuis 65 ans

» Plus de liberté pour les emprunteurs

» Immobilier: les taux d'intérêt baissent

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant