Immobilier : la baisse se poursuit à Paris, tendance contrastée en province

le , mis à jour à 17:51
10

Les prix de l'immobilier parisien restent orientés à la baisse selon MeilleursAgents.
Les prix de l'immobilier parisien restent orientés à la baisse selon MeilleursAgents.

Les prix de l’immobilier parisien se sont contractés de 0,3% en mai selon le dernier baromètre de MeilleursAgents établi au 1er juin 2015. Depuis le début de l’année, les prix à Paris ont baissé de 0,9% selon la même source. La situation est plus contrastée en province.

Difficile d’y voir clair dans l’évolution actuelle des prix de l’immobilier en France. Depuis environ deux mois, le discours ambiant est plutôt à l’optimisme, certaines sources mentionnant une hausse des prix en France au premier trimestre. Pour MeilleursAgents, la tendance reste plutôt baissière, même si le réseau observe effectivement un « frémissement de la demande ».

Paris et Île-de-France : poursuite de la lente tendance baissière

« À Paris, les prix ont baissé de -0,3% au mois de mai, soit -0,9% depuis le début de l’année et -9,8% depuis le plus haut de 2011. La baisse a été modérée sur les petites surfaces (-0,2%) et plus forte sur les plus grandes surfaces (3 pièces et plus) : -0,5% », explique Sébastien de Lafond, président et fondateur de MeilleursAgents.

Ce dernier souligne par ailleurs un fait intéressant : « Il faut noter la situation particulière de certains appartements de très grande surface (plus de 200 m² ou de 1,5 million d’euros) qui ne trouvent d’acheteur que s’ils sont exceptionnels (situation, qualité des prestations…), voire de prestige. Bon nombre de ces grands appartements ne trouvent pas preneur actuellement à cause de défauts vus comme rédhibitoires par les acheteurs qui disposent d’un budget important (rez-de-chaussée, quartier peu attractif, éloignement des transports…) ».

La tendance à Paris intramuros s’est retrouvée dans l’ensemble de l’Île-de-France le mois dernier : « En région parisienne, tous les départements ont vu leurs prix baisser au mois de mai : -0,4% dans les Hauts-de-Seine [92] et les Yvelines [78], sauf en Seine-Saint-Denis [93] (+0,5%). Dans ces départements, l’équilibre entre l’offre et la demande ne se dégrade plus même si l’ITI (Indicateur de Tension Immobilière, nombre d’acheteurs actifs pour un bien en vente) reste à des niveaux très bas, le plus souvent inférieur à 1 ».

Sébastien de Lafond souligne par ailleurs : « Les volumes de transactions dans l’ancien ne progressent que très légèrement et demeurent à un faible niveau. Les Notaires d’Île-de-France ont d’ailleurs confirmé nos estimations d’une augmentation de seulement 2% des volumes de vente dans l’ancien à Paris au premier trimestre 2015 comparé au premier trimestre 2014 ».

Province : fortes disparités après une année chahutée

Désormais, MeilleursAgents étend son baromètre de l’immobilier aux grandes villes françaises autres que Paris et sa région.

Sébastien de Lafond  résume : « En province, la situation, très contrastée d’une ville à l’autre, reste globalement favorable aux acheteurs. Depuis le début de l’année, tous les prix ont été orientés à la baisse sauf à Nantes (+3%), Bordeaux (+0,9%) et Montpellier (+0,8%). Avec -3,0% depuis le début de l’année et -1,1% en deux mois, Strasbourg connait les plus fortes baisses ».

Néanmoins, MeilleursAgents note un « frémissement » de la demande, aussi bien dans la capitale qu’en province.

« Ce frémissement se traduit par une hausse modérée de l’Indicateur de Tension Immobilière, particulièrement à Nantes et Lyon, où le nombre d’acheteurs se rapproche d’un marché équilibré », remarque le réseau d’agences.

Pour rappel, en 2014, les prix de l’immobilier en province avaient globalement baissé (relire l’article à ce sujet). Les prix avaient néanmoins augmenté dans certaines villes, notamment à Bordeaux (+6%).

« Nous sommes peut-être en train d’assister à un début de renversement de tendance du marché immobilier français, en baisse depuis 2011 », résume la note accompagnant la publication du baromètre. Des propos néanmoins modérés par Stéphane de Lafond : « Tant que le chômage ne baissera pas durablement, nous n’imaginons pas de reprise forte de la demande. Les ménages restent prudents, au moins autant que leurs banques qui ne prêtent, avec raison, que dans le respect de conditions drastiques ».

X. Bargue

MeilleursAgents explique que son baromètre au 1er juin 2015 est « basé sur les promesses de vente signées entre le 1er et le 31 mai 2015, et qui se transformeront en actes authentiques dans les 3 prochains mois ».

Le prix au mètre carré en région parisienne, arrondissement par arrondissement, ainsi que dans toute la France, peut être consulté sur le site Boursorama. Consultez également les annonces immobilières dans toute la France.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1307331 le lundi 8 juin 2015 à 10:46

    enfin un retour a la norme ... Le marché est largement surcoté

  • kpm745 le lundi 8 juin 2015 à 07:51

    Le type de population qui se développe à Paris et dans sa banlieue (voyous, femmes voilées, africains oisifs sans papiers, squatteurs, …) sans tenir compte de la saleté et des impôts, tout cela va faire réfléchir beaucoup d’étrangers avant d’acheter à Paris. L’avenir est sombre, les gens ne se rendent pas dans quel état se trouve la France.

  • Pienegro le lundi 8 juin 2015 à 05:44

    Cete que La France n'est pas dans la situation de l'Espagne de 2008, il n'en reste que le chomage ne cesse de grimper, que les salires ne montent pas, qu'il y a pauperisation des français, les riches partent et les étrangers fortunés ont comme choix la planète entière et Paris n'est plus ce qu'elle fut, ni au niveau culturel, ni au niveau de la mode et encore moins la capitale d'un antan grand pays!Il ne manquait que la hausse des taux pour que la degringolade arrive........

  • zzxcvb41 le dimanche 7 juin 2015 à 22:32

    Avec la remontee des taux, les acheteurs sans cash (la majorite) vont avoir tres mal et les vendeurs devront faire de gros efforts. La baisse va accelerer

  • kpm745 le samedi 6 juin 2015 à 12:34

    Les prix sont encore excessivement hauts. La baisse va se poursuivre, surtout avec la remontée des taux.

  • remimar3 le vendredi 5 juin 2015 à 16:53

    La poursuite de la baisse en île de france ne me surprend pas. En effet la réputation de cette région a été fortement entachée par les événements du début de l'année ainsi que la présence de camps de migrants au sein de la capitale, les pickpockets, et ce sans compter la mendicité endémique qui a toujours sévi dans cette zone.

  • PAINPONT le vendredi 5 juin 2015 à 16:52

    Les biens très bien placés augmentent tout les jours ! il s'agit d'une moyenne qui englobe les biens très mal placés qui ont perdu 30% .Perso je viens de vendre un bien avec 20% de PV sur 6 ans

  • M2399713 le vendredi 5 juin 2015 à 16:31

    Meilleurs agents est un des sites immobiliers les plus nases, en tout cas en ce qui concerne les prix de l'immobilier...

  • faites_c le vendredi 5 juin 2015 à 16:23

    "Difficile d’y voir clair dans l’évolution actuelle des prix de l’immobilier en France." Et encore cette phrase est un euphémisme! Manifestement c'est un beau bor del et cahcun raconte ce qu'il a envie avec cerise sur le gateau aucune censure de la part des médias qui publient tout et son contraire dans les 5 minutes qui suivent! En clair,on n'a aucune idée de ce qui se trame sur le marché de l'immobilier puisque même le gouvernement a changé ses indicateurs!

  • M1084720 le vendredi 5 juin 2015 à 15:54

    On peut baisser toutes les offres de 30% avant de discuter; tous ceux qui ont acheté depuis 2006 ont payé trop cher et l'équilibre ne reviendra qu'avec le retour de l'inflation.