Immobilier : la baisse des prix devrait s'accentuer en 2014

le
16
Le marché immobilier devrait rester morose et la baisse des prix pourrait être plus marquée, selon le Crédit Foncier. La banque table pour cette année sur un recul de 9% du nombre de transactions dans l'ancien.

Le marché immobilier devrait continuer à tourner au ralenti en 2014. «Il ne devrait pas y avoir de changements par rapport à cette année, car la reprise économique s'annonce molle et incertaine et les taux des crédits immobiliers vont légèrement remonter», prévoit Stéphane Imowicz, directeur général de Crédit foncier immobilier. Dans ce contexte peu porteur, les acquéreurs potentiels devraient rester attentistes et exigeants face à des vendeurs qui campent toujours sur leurs positions avec des prix élevés. Les volumes de ventes pourraient donc rester comparable à ceux de cette année. Malgré une légère hausse du nombre de crédits accordés ces derniers mois, le Crédit foncier immobilier table sur un recul de 9% du nombre de transactions dans l'ancien en 2013. Au total, 645.000 logements devraient être vendus contre 709.000 en 2012. «En deux ans le volume de ventes de logements dans l'ancien devrait afficher une baisse de 20%», souligne l'étude.

La chute des volumes précédant généralement la baisse des prix, ceux-ci pourraient flancher plus franchement en 2014. Le Crédit foncier prévoit «une nouvelle décote des prix, même légère, sur les marchés caractérisés par une pénurie d'offre tels que Paris et les centres des grandes métropoles régionales». Dans ces villes, c'est sur les biens ayant des défauts (qualité, localisation) que les prix baissent le plus. Et cela devrait perdurer. Ailleurs en France, sur les marchés qui ne sont pas tendus, les économistes du Crédit foncier Immobilier prévoient «une baisse des prix encore plus nette, voire un blocage des ventes pour les logements présentant des défauts (localisation peu prisée ou faible qualité du bien...)».

Une stabilité des prix en trompe l'½il

Jusqu'à présent, la baisse des prix est restée, en apparence, plutôt ténue. Mais cette stabilité est en réalité en trompe l'½il et masque de fortes disparités. «Seuls les biens offrant un très bon rapport qualité/prix parviennent à s'échanger, ce qui masque la baisse globale du prix de l'immobilier ancien», analyse le Crédit foncier immobilier. Ainsi, les logements de qualité, biens placés partent généralement avec une décote de 5%, ceux avec défauts ou de qualité médiocre ne trouvent preneurs qu'après une baisse de prix de 10 à 15% en moyenne. Ce que peinent encore à entendre de nombreux vendeurs.

L'an prochain les baisses de prix de biens mal placés ou avec défauts pourraient avoisiner les 20%. Lors de la précédente crise de l'immobilier dans les années 1990, les prix ont mis beaucoup de temps (trois ou quatre ans) avant de baisser après la chute des volumes de transactions. Le même scénario pourrait se répéter.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • nemee80 le mardi 29 oct 2013 à 11:51

    Jullia3 : la baguette et l'immobilier ne sont pas comparables et l'une des raisons est que, contrairement à la baguette de pain, l'immobilier ça à un coût quand on souhaite conserver plutôt que vendre.

  • juillia3 le mardi 29 oct 2013 à 09:35

    faux , ils ne baisseront pas plutot garder que de brader !!! le prix d une baguette de pain baisse il dans le temps non alors pourquoi l immobilier baisserait !!!!

  • er3dw le lundi 28 oct 2013 à 19:44

    pourquoi l'immobilier est cher ?impots sur le revenu,sur les transactions, normes thermiques contraignantes,plus values sur les ventes etc

  • Ouakal le vendredi 25 oct 2013 à 14:38

    Tout le monde fait semblant de dire que les prix ne baissent pas et pourtant.......Il n'y a que les vendeurs qui s'accrochent encore à leur prix exhorbitants....mais après quelques mois ils vont redescendre sur terre.

  • lechypre le vendredi 25 oct 2013 à 14:15

    évidemment que ca va baisser et sur plusieurs années compte tenu de la crise qui dure depuis déjà 5 ans.Il suffit de regarder la courbe des salaires, la courbe des prix de l'immo, l'endettement, la capacité des jeunes actifs et voila le bilan est fait.

  • fjg le mardi 22 oct 2013 à 17:39

    l'attraction de l'achat va rester dans les prochaines années. Louer ne mène pas loin et s'avère couteux. Plus une déficit de vendeurs dû aux impositions Sarkozy/Hollande sur les + valus.

  • c.debarg le lundi 21 oct 2013 à 11:11

    les prix de l'ancien sont trop eleves , voir plus cher que le neuf

  • lsleleu le jeudi 17 oct 2013 à 09:50

    dans quelle boule de cristal ? voit t'on cela

  • Ouakal le mercredi 16 oct 2013 à 22:55

    Et ce n est que le debut ! Lyon -12% sur l ancien.Faut dire qu' on marchait un peu sur la tête.Bon courage a ceux qui ont investi a credit pour louer, ca va faire très mal

  • Alexccar le mardi 15 oct 2013 à 18:22

    @Omigda, avis partagé. Dans le 78 résidentiel les prix ont augmentés de 1 à 2% et ne sont pas près de baisser car les endroits non envahis par une certaine populasse..;restent très attrayants pour les vendeurs (pas pressés) et les acheteurs qui aimeraient bien une "remise" mais pas question, et c'est tant mieux!