Immobilier, l'UFC-Que Choisir s'attaque aux marchands de listes

le
0

(lerevenu.com) - Interpellée par de nombreux témoignages, l'UFC-Que Choisir a diligenté une enquête dans onze villes universitaires, en simulant la recherche d'un appartement pour un étudiant auprès de 18 marchands de listes appartenant à 15 enseignes. Les résultats sont sans appel : les mauvaises pratiques se situent à tous les étages.

Alors que la loi impose que le paiement de la liste s'effectue après la prestation, 89% des marchands ont exigé l'argent avant la remise du moindre document, observe l'association de défense. Or le montant est loin d'être modique, en moyenne 200 euros, et jusqu'à 450 euros à Paris. Ce qui représente le tiers du budget mensuel d'un étudiant (610 euros), alors même qu'il n'a aucune garantie d'obtenir une location.

Le service proposé ne peut en aucun cas être comparé à un service de recherche, puisque le vendeur ne fournit qu'une simple liste de biens, parfois reprise pure et simple d'annonces déjà diffusées dans la presse locale. Selon l'enquête, les vendeurs adressent des biens «déjà en stock» dans les fichiers et ne vont aucunement tenter de trouver des biens correspondants aux critères et attentes particulières du client.

Sur la base du loyer et de la surface minimum demandée, seuls 49% des biens proposés étaient pertinents, soit moins d'une annonce sur deux ! Ce résultat est d'autant plus désolant que, pour les mêmes critères, un grand site Internet gratuit propose, dans 94% des cas, plus d'annonces de biens pertinents à loyer inférieur, constate l'association.

L'UFC-Que Choisir a donc décidé de déposer plainte contre 13 enseignes pour pratiques commerciales trompeuses. Elle invite les étudiants et leurs parents à réfléchir à deux fois avant de recourir à grands frais à ces vendeurs. Enfin, elle demande au législateur d'encadrer plus strictement l'activité de «marchands de listes».

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant