Immobilier: l'Espagne mise sur les étrangers

le
10
Le marché de la pierre au point mort, le gouvernement ibérique a décidé de proposer une carte de résident à tout étranger acquérant un bien de plus de 160.000 ? sur son territoire. Une mesure qui irrite le voisin marocain.

Sur le papier, l'équation semblait assez simple: l'Espagne compte plus de 800.000 logements vides, l'héritage de la bulle immobilière que l'on qualifiait encore de «miracle économique» jusqu'au début de la crise. Les Espagnols, pris entre un chômage qui touche 25% de la population active, les restrictions de l'austérité et le verrouillage des crédits bancaires, n'achètent plus. Le parc immobilier espagnol, en revanche, intéresse des investisseurs étrangers. Des Européens, mais aussi des Russes et des Chinois, attirés par de possibles bonnes affaires dans un pays capable de garantir la sécurité juridique de leur placement.

Le secteur immobilier, à l'agonie, croit tenir un remède inespéré et a supplié le gouvernement de dérouler le tapis rouge aux investisseurs extérieurs. Résultat: les étrangers qui achèteront une propriété d'au moins 160.000 euros -le prix moyen d'un logement en Espagne- obtiendront automatiquement le droit de résider sur le territoire.

La mesure, annoncée fin novembre par le secrétaire d'État au Commerce, a surpris les Espagnols. Certains y ont vu une mercantilisation de la politique migratoire. Une vente, aux plus offrants, des cartes de séjour. Mais l'initiative est présentée comme une solution de la dernière chance pour sauver le secteur immobilier du désastre. Car les opérations se sont effondrées depuis le début de la crise: -28,8% en 2008, -24,9% en 2009 et -17,7% en 2011. Seule la fin des aides fiscales à l'acquisition d'un logement en 2011, anticipée par les agents, explique une légère hausse, de 6,3%, en 2010. Et au vu des prévisions (la Commission européenne table sur une contraction du PIB de 1,4% en 2013 puis une très légère croissance de 0,8% en 2014), les agents immobiliers ne croient pas que la situation s'améliore à moyen terme.

Madrid, sans s'en cacher, vise les investisseurs russes. Les ressortissants de la Fédération sont ceux qui ont reçu le plus de visas espagnols l'an dernier, et le soleil espagnol est l'une de leurs destinations préférées pour y séjourner en vacances.

Mais le gouvernement espagnol ne s'attendait sans doute pas à la réaction irritée d'un autre pays, le Maroc. Le ministère des Finances du royaume alaouite a publié un communiqué pour avertir ses citoyens: «L'acquisition de biens immeubles à l'étranger par des personnes qui résident habituellement au Maroc est soumise à l'accord préalable» de l'administration, rappelle Rabat. Avant d'enfoncer le clou: Ces autorisations «ne sont accordées que dans des circonstances exceptionnelles» et se livrer à une opération immobilière sans ce sésame «constitue une infraction».

Les structures d'aide aux immigrés marocains n'ont pas constaté d'engouement pour la mesure. «Les personnes qui viennent nous voir n'ont pas 160.000 euros à investir», dit-on par exemple à l'Association solidaire pour l'intégration socioprofessionnelle de l'immigré (Asisi). Mais l'initiative espagnole pourrait séduire des familles plus fortunées, fatiguées des lenteurs administratives... et intéressées par cette possibilité de placer leurs économies à l'étranger. Une hypothèse qui, dit la presse marocaine, inquiète les autorités du pays, alors que les réserves de devises ont chuté au cours des douze derniers mois, de 21,5 milliards de dirhams (1,93 millards d'euros) à 17 milliards (1,53 milliard d'euros).

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jyth01 le lundi 17 déc 2012 à 10:24

    Ceci ne concerne pas les Européens qui peuvent s'installer sans carte de résident, il suffit d'obtenir un NIE (numéro d'identifiant extranjero), qui s'obtient sans problème pour les retraités qui achètent ou louent. Cet été en Costa Brava, il y a eu beaucoup de ventes immobilières, les agences ont qualifié ce surcroit d'activité "effet hollande". Je m'y installe pour ma retraite en ce moment.

  • dugan le lundi 17 déc 2012 à 10:04

    Tant qu'au maroc, c'est une énorme erreur que de penser faire une "bonne affaire" en investissant dans un pays devenu islamiste... On en connait les problèmes.

  • dugan le lundi 17 déc 2012 à 10:02

    C'est un article racoleur pour faire prendre conscience que les socialopes font fuire les français les plus riches mais aussi les classes moyennes qui investiront ailleurs pour se faire un pasctol pour les vacances et à plus long terme pour la retraite, alors bye bye la france des assistés permanents... MDR

  • M2140153 le samedi 15 déc 2012 à 22:51

    Je me demande pourquoi tu espères cela, nayara.⋅⋅⋅ Sinon, je suis désolé, mais ça fait un certain temps que je risque de ne pas combler ton espoir ;-)

  • nayara10 le samedi 15 déc 2012 à 21:38

    @M214153J'espère pour toi que tu ne comprends rien....Depuis que tu es né...

  • frk987 le samedi 15 déc 2012 à 10:56

    160000 euros pour être résident espagnol, eh eh ça devient alléchant !!!! Tout juste qu'ils ont nos socialos, si devenir résident suisse ou belge était plus dur, là on touche la classe moyenne française.

  • muck12 le vendredi 14 déc 2012 à 17:38

    un appart a barcelone m'intéresse mais le prix ne baisse pas

  • M2140153 le vendredi 14 déc 2012 à 17:19

    En fait, c'est un article d'ambiance. Pour souligner que la France fait fuir ses citoyens fortunés, tandis que l'Espagne essaye d'en attirer. ⋅⋅⋅⋅⋅ Enfin, ça ne vaut pas être facile de se sentir plus en sécurité là-bas : banques en sursis, immobilier en chute sans fin, fiscalité galopante (quant à la criminalité !?). ⋅⋅⋅⋅⋅ Bienvenido al extranjero !

  • M2140153 le vendredi 14 déc 2012 à 17:12

    Article on ne peut plus superficiel. ⋅⋅⋅⋅⋅ Qu'est-ce qu'être résident ? … au regard des administrations fiscales ? De ces divers pays ? Pour quels impôts ? Russe ? Chinois ? Marocain ? Quels accords fiscaux avec l'Espagne ?

  • supersum le vendredi 14 déc 2012 à 16:58

    Madame Duflot va les réquisitionner pour ses cas sociaux, ses sans papier et ses roms