Immobilier : en Suède, les prix n'en finissent plus de monter

le
0

L’Inspection du secteur financier souhaite que les financières, banques comprises, aient en réserve des fonds propres «tampons» équivalant à 1,5% de leurs actifs à partir de juin 2016,

Le régulateur financier en Suède a proposé mardi de relever le niveau de fonds propres exigé des institutions financières, face aux risques provoqués par l’emballement des prix de l’immobilier. L’Inspection du secteur financier souhaite que ces institutions, banques comprises, aient en réserve des fonds propres «tampons» équivalant à 1,5% de leurs actifs à partir de juin 2016, contre 1,0% exigé à partir de septembre 2015.

Elle a invoqué dans un communiqué «les conditions économiques actuelles», sans plus de précision. La Suède voit depuis plusieurs années les prix des logements grimper, surtout dans les grandes villes, du fait de taux d’intérêt bas et de la rareté des locations. L’endettement des ménages monte également, à un rythme plus élevé que leurs revenus.

Des règles strictes héritées des années 1990

Pour éviter une surchauffe, le régulateur financier avait proposé en novembre une réforme qui limitait les prêts immobiliers sans obligation de remboursement. Il avait dû l’abandonner en avril quand un tribunal avait suggéré qu’il avait outrepassé ses compétences.

Les banques suédoises sont déjà parmi les mieux capitalisées d’Europe, étant obligées de respecter des règles très strictes héritées de la grave crise financière qui avait plongé le pays dans la récession au début des années 1990. La proposition de l’Inspection du secteur financier est soumise à enquête publique avant d’avoir force réglementaire.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant