Immobilier : des prix en baisse et des acquéreurs pas tous au rendez-vous

le
0
Les acquéreurs aujourd'hui sont surtout des ouvriers et des cadres moyens. Goodluz/shutterstock.com
Les acquéreurs aujourd'hui sont surtout des ouvriers et des cadres moyens. Goodluz/shutterstock.com

(Relaxnews) - Au cours du premier semestre, les prix de l'immobilier ont baissé en moyenne de 0,4% tandis que le nombre de ventes a reculé de 2,8%, rapporte le réseau immobilier Century 21 dans son bilan semestriel ce lundi 30 juin. 

Les acquéreurs ne sont pas complètement absents et certains profitent de la baisse des prix de l'immobilier. Ils "n'hésitent pas à se porter sur des biens dont le montant moyen est supérieur à celui constaté en 2013", constate Century 21. Résultat, le coût d'une transaction immobilière s'élève à 204.419 euros, soit une hausse de 1,3% par rapport au premier semestre 2013.

En fait, les acheteurs ont conscience des conditions actuelles qui leur sont favorables. Ils profitent ainsi des taux de crédit historiquement bas. Et pour que le projet soit contracté pleinement à leur avantage, ils réduisent la part emprunté auprès des banques, tout comme la durée de l'emprunt, ils achètent plus grand et ont même gagné 1,9 mètre carré en moyenne au cours de ces douze derniers mois. 

Ces acheteurs sont surtout des ouvriers (41,7%) et des cadres moyens (24,6%). Près des trois quarts d'entre eux (72,8%) passent à l'achat pour leur résidence principale. Pendant ce temps, les acquéreurs de résidence secondaire se font de plus en plus rares (6,8% du marché). 

Enfin, les acquéreurs pour l'investissement locatif se montrent particulièrement frileux. La part de ces investisseurs a reculé de 8,4% entre le premier semestre 2013 et la même période en 2014.

L'exception parisienne

Paris confirme son statut d'exception dans l'univers immobilier, avec des prix qui repartent légèrement à la hausse (+0,3%). Le mètre carré dans la capitale se vend 8.229 euros. Et ce niveau n'effraie pas les acheteurs puisque les transactions sont en augmentation de 5,2% entre les deux périodes étudiées. "Faute de constructions neuves, rien ne permet à long terme de faire baisser la pression sur les prix", commente Century 21.

Dans le reste de la région, les prix sont en baisse de 1%, avec un mètre carré à 3.246 euros. 

Une situation qui contraste avec le reste du marché immobilier. En régions, la tendance est à la hausse en Aquitaine (+3,4%), en Bretagne (+6,7%) et en Haute-Normandie (+5,3%, pour ne citer que les plus fortes variations. À l'inverse, les plus baisses de prix les plus importantes ont été constatées en Lorraine (-9,1%), en Poitou-Charentes (-6,8%), en Rhône-Alpes (-5,2%) et en Languedoc-Roussillon (-4,7%). 

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant