Immobilier de luxe à la montagne: la France s'en sort bien

le
0

INFOGRAPHIE - Selon une étude internationale, la station de Gstaad en Suisse renforce sa position de leader sur le marché du luxe mais Val d’Isère voit ses prix grimper tandis que Chamonix et Saint-Gervais attirent de nouveaux clients.

La France a beau ne pas être au sommet du marché du luxe immobilier à la montagne, la dernière étude du réseau Knight Frank consacrée au sujet laisse apparaître plusieurs motifs de satisfaction. Après une année 2015 qui avait vu les tarifs moyens reculer de 1% dans les Alpes, ils auraient repris 1,8% cette année (à fin juin) et la France tire plutôt bien son épingle du jeu. Certes, malgré un franc suisse fort c’est la station de Gstaad qui surclasse toutes les autres avec un bond annuel de 13,3% pour un prix moyen dépassant 31.000 euros le mètre carré. Mais immédiatement après, suivent une ribambelle de sites français où les prix progressent à nouveau: +5,9% à Val d’Isère, +5% à Chamonix, + 3,4% à Courchevel 1850 et +3% à Courchevel 1550 ou encore +2,8% à Méribel.

Et surtout, loin du déclinisme habituel concernant les perspectives dans l’Hexagone, l’étude de ce réseau d’origine britannique pointe les belles pistes d’avenir françaises. Notant que les acheteurs sont à la recherche de meilleurs rapports qualité-prix, «l’appétit pour des stations telles que Chamonix et Saint-Gervais se renforce». Autre bon point pour Chamonix: son activité et ses infrastructures qui lui font décrocher le titre de «station la mieux pourvue en services tout au long de l’année».

De gros programmes d’investissement

Relevant le fait que tous les acheteurs actuels, même dans le luxe, placent leur bien en location une partie de l’année au moins pour couvrir les frais, cette ville offre d’intéressantes possibilités. «Chamonix est avant tout une ville avec plus de 10.000 habitants permanents et un nombre de visiteurs en été éclipsant le nombre de touristes hivernaux.» Et pour ne rien gâter, l’étude souligne que la vallée bénéficiera d’un gros programme de 477 millions d’euros d’investissement dans les années à venir pour améliorer ses remontées mécaniques et autres équipements.

Par ailleurs, Val d’Isère se distingue également par ses projets de nouvelle télécabine et de nouveaux équipements pour les débutants tandis que Courchevel affiche des projets d’investissement de 118 millions d’euros dans ses remontées mécaniques. «Les acheteurs épluchent de plus en plus soigneusement les plans d’investissement et la stratégie des gestionnaires des grandes stations», souligne l’étude. Une tendance tout à fait logique: «un acheteur avisé sait qu’un plus grand nombre de touristes, signifie moins de périodes vacantes, un meilleur retour sur investissement et, au final, un bien plus attractif et mieux valorisé».

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant