Immobilier de bureau : Londres reste la ville la plus chère du monde

le
0

INFOGRAPHIE - Le fonds Qatar Investment Authority a réalisé la transaction la plus élevée d'Europe en 2014. Il a acheté 102.000 m2 pour 1,5 milliard à Canary Wharf.

Londres est toujours la ville la plus chère du monde selon le classement Cuhsmann & Wakerfield. Elle devance Hongkong. La demande placée qui a atteint 1,3 million de m² a augmenté de 18 % en 2014 par rapport à 2013.

Certains secteurs comme les Docklands, comparable au secteur de la Défense à Paris, affichent 110 % de croissance grâce à de nouvelles tours mieux adaptées à la demande. 113.000 m² de bureau y ont été loués.

Sur Canary Wharf, par exemple, la Société générale a pris 26.000 m2 à bail. La City affiche également de belles performances avec 558.000 m² placés (+ 50 %). Ce chiffre lui permet de demeurer en tête des quartiers londoniens sur le marché des bureaux. Elle est suivie par le West End (231.000 m²), le Midtown (115.000 m²). Les loyers sont orientés à la hausse: 1.500 à 1.700 euros le mètre carré par an sur West End (+ 12 %), entre 800 et 900 euros le mètre carré par an dans la City (+ 7 %), 520 euros le mètre carré par an dans les Docklands.

Un nouveau pôle à Saint Pancras

«L'écart est de 1 à 3 à Londres entre le West End et les Docklands contre 1 à 2 à Paris entre le quartier central des affaires et la Défense. À Londres, la demande s'avère supérieure à l'offre. Elle est alimentée par des entreprises qui anticipent une offre de moins bonne qualité et se positionnent dès aujourd'hui même si les loyers sont hauts», précise Virginie Houzé, directeur des études chez Jones Lang LaSalle. La demande s'est également élargie.

Alors que le marché s'est longtemps cantonné à la City où la demande était soutenue grâce aux banques et au secteur de la finance, Londres est devenue une capitale qui attire des entreprises présentes dans les nouvelles technologies et les services comme le géant Google et Omnica. De nouveaux pôles de développement émergent aux abords du West End coté King's Cross ou à Saint Pancras avec des opérations proposant des bureaux, des logements et des commerces.

Le fonds Qatar Investment Authority(QIA) a acheté pour 1,49 milliard d'euros à NPS 102.200 m² au 8/16 Canada Square dans Canary Wharf. «Il s'agit de la plus grosse transaction européenne en prix en 2014», souligne Magali Marton, chargée des études économiques chez DTZ. D'autres très belles transactions ont été signées à plus de 900 millions d'euros. Le Chiswick Park a été vendu par Blackstone et acquis par China Investiment Corp. pour 942 millions d'euros. Le fameux Gherkin de Norman Foster renommé le «30 St Mary Axe» a été vendu 920 millions d'euros par Deloitte au milliardaire brésilien Safra. Ces chiffres records ne sont pas atteints à Paris.

Rendement oscillant de 3,75 à 4,25%

Ces transactions s'expliquent par la forte concentration à Londres de capitaux venant du monde entier. «Londres est une place où les investisseurs étrangers se positionnent en premier. C'est la porte du marché européen par son dynamisme économique, la solidité de sa place financière, sa stabilité en matière de fiscalité mais aussi par sa langue, rappelle Magali Marton. Les investisseurs se positionnent sur des placements à long terme, sans grand risque, acceptant un rendement oscillant entre 3,75 et 4,25 %.»

Toutefois, certains investisseurs s'interrogent. «Londres est en situation de surchauffe. La position de nos investisseurs est davantage orientée vers l'Allemagne ou la France», constate Sigrid Duhamel, présidente de CBRE Global Investors France. Des brokers partagent son analyse.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant