Immobilier : de bonnes nouvelles pour 2016

le
7

Après une année 2015 difficile pour l’immobilier, la suivante s’annonce mieux entre élargissement du prêt à taux zéro et abaissement de la taxe foncière des terrains à bâtir dans les zones tendues.

Plusieurs nouveautés sont au programme en 2016. La plus importante concerne l’entrée en vigueur le premier janvier et pour deux ans seulement d’un nouveau prêt à taux zéro (PTZ) élargi et assoupli. Par ailleurs, la taxe foncière sur les terrains à bâtir en zone tendue a été revue.

Le nouveau PTZ, un coup de pouce pour les jeunes

Réservé aux primo-accédants, c’est-à-dire aux particuliers achetant leur première résidence principale (ou aux personnes n’ayant plus été propriétaires de leur toit depuis deux ans), le montant du PTZ, qui sert souvent d’apport personnel aux jeunes et aux ménages modestes, pourra représenter jusqu’à 40 % du montant de l’achat d’un logement neuf, quelle que soit la région où il est situé. Afin de toucher davantage de bénéficiaires, les plafonds de revenus ont été relevés et alignés sur ceux du logement intermédiaire. Ainsi, en zone B1 (agglomérations de plus de 250.000 habitants) par exemple, un couple avec deux enfants gagnant 60.000 euros par an deviendra éligible (le plafond est aujourd’hui de 52.000 euros). Une même famille devra gagner 48.000 euros en zone C (contre 44.000 euros actuellement) et 74 000 euros en zone A (Paris, Côte d’Azur, contre 72.000 euros).

Les emprunteurs peuvent par ailleurs différer le début de leur remboursement de 5 à 15 ans selon leurs revenus. Et les prêts peuvent être allongés sur 20 ans pour réduire les mensualités. Les primo-accédants qui achètent un logement ancien à rénover (avec des travaux représentant au minimum 25 % du prix d’achat) bénéficient désormais des mêmes conditions d’emprunt à taux zéro. Cet élargissement, devrait profiter à 120.000 ménages selon les prévisions du ministère du Logement.

«Le PTZ va augmenter la capacité d’emprunt de nombreux primo-accédants car cela leur permettra de devenir propriétaire avec un apport moins important, que ce soit pour un achat dans le neuf ou dans l’ancien», explique Joël Boumendil, fondateur et PDG du courtier ACE Crédit. «Cette tendance est déjà à l’œuvre chez ACE Crédit, puisque la part des demandes de crédits de primo-accédants continue de progresser et passe de 7,5 % en septembre 2015 à 9 % en décembre», ajoute-t-il. Pour compléter leur financement, les primo-accédants devraient en outre continuer à profiter de taux de crédits immobilier extrêmement bas. «A nouvelle année, nouveaux objectifs pour les banques, qui repartiront en conquête de clientèle et seront donc certainement plus agressives», estime Philippe Taboret, directeur général adjoint de Cafpi.

La surtaxe sur les terrains à bâtir rabotée

A l’automne, quelque 1.700 propriétaires de terrains à bâtir, non construits situés dans des 600 communes en zones dites tendues (où l’offre est inférieure à la demande), ont vu leur taxe foncière flamber. En cause, une majoration de 25 % de la taxe foncière et une surtaxe de 5 euros par m² (depuis le 1er janvier 2015), censée permettre la libération du foncier et la construction de logements. Pour rectifier les dérives apparues, les députés ont modifié cette surtaxe.

Ainsi, un abattement est désormais prévu pour les 200 premiers m². Au-delà, la majoration de 25 % sera maintenue et celle de 5 euros par m² supprimée. En 2017, la règle des 25 % sera supprimée et une nouvelle majoration de 3 euros par m² sera créée.

Les collectivités locales (communes et intercommunalités) auront toutefois la possibilité d’en fixer le niveau entre 1 et 5 euros par m², ainsi que de supprimer l’abattement pour les 200 premiers m². Enfin, pour les impositions établies au titre de 2015, un dégrèvement de la majoration obligatoire (correspondant à l’application de la majoration de 5 euros par m²) a été prévu.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • BBirungi il y a 12 mois

    L'immobilier est devenu en 15 ans une arnaque.

  • ericlyon il y a 12 mois

    Ces deux mesurettes ne vont pas changer grand chose. Ce qui plombe l'immobilier c'est tout simplement que tout est fait pour dissuader d'être propriétaire : taxes existantes et taxes à l'étude. Quand on lit qu'il est préférable d'être locataire que propriétaire, comment voulez vous que ça relance l'immobilier ?

  • KENTOF il y a 12 mois

    on met des taxes, on les enléve, puis on les remet pas tout fait pareil, mais in fine c'est pareil toujours plus d'impots, foutage de g...le

  • ttini il y a 12 mois

    la confiance n'est plus. acheter pour du locatif c'est risqué, demain on nous pond une nouvelle taxe, que du pipo

  • stefalex il y a 12 mois

    Ce sont de très mauvaises nouvelles. Je ne comprends pas l'analyse du Figaro. A l'en croire, l'augmentation des prix de l'immobilier est une bonne chose. Or, c'est un drame pour le pays. Cela signifie une nouvelle perte de pouvoir d'achat qui frappera surtout les jeunes.

  • md24750 il y a 12 mois

    Les jeunes sont en grande majorité sans emploi. Pourquoi investiraient-ils ?De la poudre aux yeux de ce gouvernement qui a tout raté.

  • sibile il y a 12 mois

    oui enfin on ne fait que revenir à la situation antérieure, et encore pas complètement