Immobilier : baisse surprenante des prix parisiens

le
67

Les prix de l'immobilier parisien poursuivent leur baisse en septembre, la faute à un manque de confiance envers un marché déjà très valorisé.
Les prix de l'immobilier parisien poursuivent leur baisse en septembre, la faute à un manque de confiance envers un marché déjà très valorisé.

Les prix de l'immobilier parisien ont baissé de 1% en septembre par rapport au mois d'août, et s'établissent en moyenne à 7850 euros par m². Un chiffre dans la lignée du mois d'août où la baisse était de 1.5%. La bulle de ces dernières années est-elle en train d'éclater progressivement ?

Les acheteurs potentiels en seront ravis, tandis que les vendeurs peuvent se poser quelques questions. Les prix de l'« ancien » à Paris ont encore baissé de 1% en septembre, ce qui porte leur baisse cumulée à 3,5% depuis le début de l'été en moyenne. Des divergences sont à noter entre les différents arrondissements.

Les taux au plus bas n'ont pas soutenu la demande

Cette baisse surprend quelque peu alors qu'une stabilité de l'immobilier pouvait être attendue en cette fin d'année. La baisse des taux du crédit immobilier aurait dû soutenir la demande, mais il n'en est rien. De même, l'abandon de la loi Duflot et son remplacement par la loi Pinel, au c½ur de l'actualité le mois dernier, n'a pas soutenu les prix alors que cela aurait pu être le cas.

Surtout, c'est la « rapidité » de cette baisse qui peut étonner. Le décrochage estival est significatif, et porte la baisse des prix de l'immobilier parisien à 9,1% depuis leurs plus hauts atteints en 2011, selon l'indicateur établi par le cabinet MeilleursAgents.

En cause : prudence ou méfiance

Les raisons de la baisse semblent toujours être les mêmes. Le manque de dynamisme économique en Europe n'incite pas les particuliers français et étrangers à acheter, et donc à soutenir la hausse des prix.

À Paris en particulier, la valorisation de l'immobilier reste toujours historiquement élevée : son potentiel de croissance est donc limité et incite à la prudence. Enfin, le resserrement des conditions d'octroi des crédits immobiliers aux particuliers malgré les faibles taux pratiqués renforce cette tendance.

Disparité entre arrondissements

Ces chiffres sont une moyenne et chaque arrondissement connaît ses propres variations. Les prix en banlieue, quant à eux, suivent une tendance globalement similaire aux prix parisiens.

Le prix au mètre carré en région parisienne, arrondissement par arrondissement, ainsi que dans toute la France, peut être consulté sur le site Boursorama. Consultez également les annonces immobilières dans toute la France.

Xavier Bargue

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • c.voyant le mercredi 15 oct 2014 à 18:11

    Regardez le graphique suivant il montre que seuls les appartements à prix élevés se vendent, il faut pondérer sachant que les ventes ont chuté de 50%http://www.boursorama.com/actualites/immobilier--baisse-surprenante-des-prix-parisiens-4cfed07aacfcc93a5c5ed31d1c8e1f9a

  • c.voyant le mercredi 15 oct 2014 à 18:06

    L'état a résisté longtemps pour maintenir des prix élevés, avez-vous essayé de vendre en dessous la valeur vénale dictée par les notaires?, vous serez menacé de redressement fiscale ou d'emprise de vore mairie, par contre si vous vendez bien au dessus le notaire vous fera un grand sourire, normal ils émargent aux pourcentages!

  • c.voyant le mercredi 15 oct 2014 à 18:03

    Les bulles ne servent qu'à enrichir ceux qui savent se retirer à temps, aux US il y avait Madoff en France il a l'Immobilier.

  • ZvR le mercredi 15 oct 2014 à 17:02

    Ceci dit le gouvernement précédent porte une grande part de responsabilité dans le financement de la bulle immobilière et la montée de l'endettement. Un pays qui refuse de s'endetter est un pays qui a peur de l'avenir.......

  • ZvR le mercredi 15 oct 2014 à 17:00

    Rembourser leur emprunt et consommer.

  • ZvR le mercredi 15 oct 2014 à 16:59

    La France est le pays ou le gouvernement a déversé le plus d'argent qu'il n'avait pas pour faire gonfler les prix de l'immobilier. Ca a largement contribué à étouffer l'activité économique parce que les gens peuvent pas rembourser leur emprunt sur 30 ans et rembourser leur emprunt en même temps. Maintenant ça explose et les dégats vont être significatifs vu la taille de la bulle. Ceux qui auront gardé leur billes pourront profiter des soldes

  • M4219118 le mercredi 15 oct 2014 à 16:31

    Bien !Encore un effort. A 5000 /M2 on regardera si on achète.

  • gnapi le mercredi 15 oct 2014 à 15:41

    En quoi est ce surprenant ? que cela n'arrive que maintenant ?

  • lio3 le mercredi 15 oct 2014 à 15:17

    "Nous aurons plusieurs cessions, entre cinq et dix milliards sur les 18 prochains mois", a déclaré M. Macron. Le ministre des Finances Michel Sapin avait indiqué le 5 octobre que l'Etat céderait l'an prochain bien plus d'actifs que les 4 milliards d'euros minimum inscrits au projet de budget 2015 et qui doivent être affectés au désendettement, afin de pouvoir financer des investissements dans des secteurs porteurs.

  • lio3 le mercredi 15 oct 2014 à 13:38

    en tout etat de cause seule une veritable reprise du credit aux entreprises et d'une relance de l'investissement action pourra soutenir ce pays en crise...Le gouvernement cree son propre suicide en voulant soutenir l'immobilier ie ses actifs improductifs.