Immobilier : baisse des prix aussi dans le neuf

le
2
La baisse des prix du neuf est enclenchée dans la plupart des 10 plus grandes villes de l'Hexagone, selon le portail Trouver-un-logement-neuf.com.

Depuis plusieurs mois, les prix des logements anciens en France se dégradent. Jusqu'alors, l'immobilier neuf résistait. Mais selon le baromètre du portail Trouver-un-logement-neuf.com, les prix du mètre carré dans les constructions neuves montrent des signes d'hésitation, voire de faiblesse, dans la plupart des grandes villes françaises.

En mars 2013, le prix moyen du trois-pièces (type de bien le plus commercialisé et le plus recherché) a diminué dans la plupart des grandes villes par rapport au mois de février. À Nice (-2,6%) par exemple, à Lyon (-0,7%), et surtout à Toulouse (-10,3%). «Même tendance en comparant à 6 mois en arrière: le prix moyen du trois-pièces recule ou se stabilise dans sept des dix plus grandes villes de France», rapporte l'étude. Par exemple à Nantes, les trois-pièces accusent un recul de leurs tarifs de 0,85% sur un mois et de 4,12% sur six mois, toujours selon le baromètre qui calcule le prix moyen de l'immobilier neuf selon une base minimale de 20 programmes différents pour chaque ville.

Marseille: 5% de baisse des prix pour les deux et cinq-pièces

Dans certains cas néanmoins, les prix affichent encore des hausses sur six mois, mais elles sont presque -sinon entièrement- compensées par les récents trous d'air. C'est le cas à Nice, où le prix d'un trois-pièces a augmenté de 2,7% sur les six derniers mois, mais a rétrogradé de 2,6% en mars par rapport au mois dernier, pour se stabiliser autour de 302.000 euros. À Marseille, le mois de mars a été particulièrement marqué par les baisses de prix: la facture moyenne des deux-pièces et des cinq-pièces y ont plongé de 5% en un mois.

Même dans la très prisée ville de Bordeaux, le marché du neuf subit une baisse de régime, avec un trois-pièces dont le prix du mètre carré a trébuché de 0,8% en un mois. Il a toutefois grimpé de 8,7% en un semestre. Comme à son habitude, Paris évolue à contre-sens: les prix dans la capitale ont rebondi de 2,5% en mars par rapport à février, mais restent en repli de 2,6% par rapport à octobre dernier.

S'il est trop tôt pour dresser une tendance de fond sur les prix, le marché de l'immobilier neuf souffre avec des ventes de logements qui continuent de chuter. En 2012, elles ont dégringolé de 28% par rapport à 2011, selon la Fédération des promoteurs immobiliers dont le président François Payelle s'est alarmé du «grand risque de voir le secteur subir un véritable désastre industriel et social».

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • titi18 le dimanche 31 mar 2013 à 12:16

    A Courdimanche village dans le val d'Oise, je ne constate pas de baisse de prix sur depuis le début de la crise 2007, bien au contraire. De toute manière si la localité fait bon vivre sans HLM avec des logements de qualité, ça attire toujours des familles qui fuient les quartiers où les immeubles poussent comme des champignons sans compter tous les ennuis que cela apporte.

  • M1689911 le samedi 30 mar 2013 à 17:43

    0,8%,de baisse après une envolée de 8,7% en un semestre à Bordeaux.... et les autres villes, sur le même schéma ? Si oui, et je ne serais pas étonné de la similitude, cela vaut t'il le coup de faire un article !?Allez les experts, envoyés nous une courbe par ville, étalonnée sur 6 mois, voir une an, et ca vaudra de grandes explications bien floues finalement !