Immobilier : attention aux impôts locaux

le
10

Ils pèsent bien plus lourd qu’on croit. Il faut compter en moyenne 167 euros par mois pour un 70 m2 dans les plus grandes villes de France. Et bien plus à Montpellier, Bordeaux et Marseille. Tour d’horizon.

Il est un poste de dépenses souvent oublié par les futurs acquéreurs d’une maison ou d’un appartement: les impôts locaux. «Ils représentent une part importante des montants à acquitter tous les mois par les propriétaires», souligne une étude de Meilleurtaux.com qui a mesuré l’impact de cette fiscalité dans le financement d’un bien immobilier de 70 m2 dans les dix plus grandes métropoles de France. D’autant que ces taxes (taxe d’habitation et taxe foncière) ont sensiblement augmenté. Cette année, près d’un tiers des 41 villes de plus de 100 000 habitants et leurs intercommunalités ont ainsi augmenté les impôts locaux, après 37 % en 2015. En parallèle, les conseils départementaux ont redressé leurs taux de taxe foncière (sur les propriétés bâties) de 5,2 % en 2016. Et plus d’un tiers (36 %) des 101 départements a davantage mis à contribution les propriétaires, après seulement 12 % en 2015.

Résultat, «en moyenne, pour les 10 grandes métropoles françaises, la fiscalité locale représente 167 euros par mois en moyenne pour l’achat d’un 70 m2», explique Maël Bernier, porte-parole de Meilleurtaux.com. Mais, certains contribuables paient encore plus cher. Il faut ainsi compter 216 euros par mois à Montpellier (toujours pour un 70 m2), 207 euros à Bordeaux et 182 euros à Marseille.

Pour mesurer l’impact de cette fiscalité dans le financement d’un bien immobilier, les auteurs de l’étude ont ajouté les différentes taxes (foncière et habitation) et les ont réparties sur une année. «Ce qui permet d’obtenir une mensualité taxes incluses». Concrètement, un habitant de Montpellier qui achète un appartement de 70 m2 à 188.230 euros avec un crédit immobilier sur 20 ans (hors assurance) à 1,7% aura une mensualité de 926 euros. Mais, si l’on rajoute les impôts locaux (1265 euros de taxe d’habitation et 1325 euros de taxe foncière), l’addition totale mensuelle passera à 1142 euros. Un coût non négligeable qui donne à réfléchir.

De 1 à 3 mensualités supplémentaires

Alors que le taux moyen d’un crédit sur 20 ans se situe à 1,7% hors assurance, le poids de la fiscalité locale mensualisée peut faire sensiblement grimper le taux d’emprunt des acquéreurs d’un 70 m2. Il passe ainsi à 4,05% (toujours hors assurance) pour les habitants de Montpellier, 3,8% pour ceux de Marseille, 3,4% à Toulouse, 3,35% à Bordeaux et Nantes, 3,2% à Strasbourg et 3,05% à Lille et Nice. À Lyon (2,8%) et surtout à Paris (2,05%) l’inflation est nettement moins élevée. Un moindre mal dans la capitale (93 euros en moyenne par mois d’impôt locaux) où les prix sont très nettement plus chers qu’ailleurs.

«On paie près de 3 mensualités supplémentaires à Montpellier, plus de 2 pour Marseille, Bordeaux, Toulouse et Nantes, plus d’1 mois à Strasbourg, Lille, Nice et Lyon et moins d’1/2 mois à Paris», conclut l’étude.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • surfer1 le lundi 18 juil 2016 à 09:53

    "Je dépense donc je suis" voilà le pitoyable crédo du politique français.

  • Jermaup le dimanche 17 juil 2016 à 13:49

    Du racket !!!

  • Jermaup le dimanche 17 juil 2016 à 13:48

    J'appelle ça du vol avec préméditation : sur le montant de son acquisition immobilière un salarié à déjà payé ( indirectement ) des cotisations patronales et salariales, puis sur ce qu'il reste des impôts sur le revenu, puis sur ce qu'il reste des frais de notaire, puis se ce qu'il reste une taxe fonciere, puis sur ce qu'il reste des impôts locaux, puis à votre mort des frais de succession. A quoi sert-il de devenir propriétaire s'il faut payer un loyer perpétuel !!!

  • tamtou le dimanche 17 juil 2016 à 09:04

    Les grandes régions doivent à présent se consacrer à construire un nouvel hôtel de région à la dimension de leur nouvelle assemblée

  • tamtou le dimanche 17 juil 2016 à 08:49

    @mcarre1. non c'est l'état qui a le projet de créer une nouvelle taxe au profit des régions et non le contraire.I suffit au région d'augmenter leur taux d'imposition pour compenser la basse des dotations.Non ce n'est pas parce que l'état baisse les dotations aux collectivités que ces dernières doivent augmenter leur taux d'impôt local.... elles doivent baisser leur dépensent pour faire face aux baisses des dotations.

  • mcarre1 le samedi 16 juil 2016 à 15:35

    L'état a décidé de baisser ses dotations aux régions et, par conséquent, les régions doivent augmenter leurs impôts. Au final , on se retrouve à payer plus d'impôts sur décision de l'état. C'est une hausse déguisée des impôts nationaux et donc le gouvernement nous a encore menti

  • tamtou le samedi 16 juil 2016 à 14:27

    Ma région aujourd'hui c'est 1,5 milliards de budget.....

  • tamtou le samedi 16 juil 2016 à 14:25

    Le gouvernement a annoncé le mois dernier qu'à partir de 2017 il y aura une nouvelle taxe sur les propriétaires (PLF 2017) pour financer les nouvelles régions.Elle sera perçue sur la feuille de taxe foncière sur laquelle il sera créé une nouvelle case.

  • surfer1 le samedi 16 juil 2016 à 11:14

    Le politique en prédateur de l'économie...

  • chiche21 le samedi 16 juil 2016 à 10:18

    vivement 2017 qu'on vire ces parasites !