Immobilier : arnaquer un proprio, c'est simple comme un coup de fil

le
0
Immobilier : arnaquer un proprio, c'est simple comme un coup de fil
Immobilier : arnaquer un proprio, c'est simple comme un coup de fil

Ils vous promettent la lune. Une solution en kit, facile, efficace et rassurante. L'offre est alléchante. Ces derniers mois, des sociétés frauduleuses démarchent par téléphone des vendeurs qui ont posté une annonce pour la vente d'une maison ou d'un appartement sur PAP, Entreparticuliers.com ou encore Leboncoin. Le discours est parfaitement rodé. Les faux professionnels se présentent la plupart du temps comme des commerciaux de l'immobilier. Et assurent au vendeur détenir la perle rare : un client pressé et prêt à acheter le bien au prix indiqué, sans négocier. Le hic ? Il faut évidemment verser des frais de dossier ou de confirmation pour bloquer la visite de ce client providentiel. Des frais qui s'élèvent à chaque fois à plusieurs centaines d'euros.

 

Pressés de vendre, stressés par le peu de retours d'acheteurs potentiels, ravis d'avoir enfin une proposition ferme, de nombreux propriétaires se sont déjà laissé duper par cette arnaque. Car, si le commercial filou empoche à chaque fois autour de 450 €, le vendeur, lui, ne rencontre jamais le client promis. Plusieurs centaines de plaintes s'accumulent déjà dans les bureaux de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) qui planche sur ce dossier depuis deux ans. Ce n'est pourtant que la partie émergée de l'iceberg. Combien sont-ils en réalité à avoir été victimes de cette escroquerie ? D'autant que cette fraude organisée est encore très peu connue du grand public. A la CLCV, l'association de défense des consommateurs, l'expert en immobilier n'en a même jamais entendu parler. Idem pour les patrons de réseaux d'agences immobilières. Certains en ont tout juste eu vent, sans pouvoir citer un exemple. « Vu le marché actuel de l'immobilier, pas étonnant que des sociétés frauduleuses pullulent pour profiter de la crédulité de certains acheteurs », déplore Fabrice Abraham, le patron de Guy Hoquet. Le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant