Immobilier ancien : les prix devraient rester stables en 2013, au mieux baisser de 2%

le
14
Pinkcandy/shutterstock.com
Pinkcandy/shutterstock.com

(Relaxnews) - En 2013, les prix de l'immobilier ancien resteraient stables ou baisseraient tout au plus de 2%, d'après les pronostics publiés mardi 8 janvier par la Fédération nationale de l'immobilier (Fnaim). Un constat qui succèderait à une année attentiste, avec des prix dont la hausse a été limitée à +0,8% sur toute la France et des transactions qui ont pris beaucoup de temps pour être bouclées.

En matière d'achat immobilier, les Français se montrent ultra-prudents. D'après les agents immobiliers, interrogés par la Fnaim et l'institut de sondage Ifop, un délai de quatre à six mois a été nécessaire en 2012 pour finaliser la vente de près d'une opération sur deux. Dans 39%, le délai excède même les six mois.

En fait, 63% des acquéreurs ont tout simplement reporté leur décision d'achat. La difficulté à obtenir un prêt (59%) et les prix jugés trop élevés (56%) n'apparaissent qu'en deuxième et troisième positions pour expliquer ce phénomène.

2012, une année "attentiste"

Conformément aux estimations prévues par la Fnaim au début de l'année 2012, la chute des prix dans l'immobilier ancien n'a pas eu lieu. Ceux-ci ont ainsi augmenté de 0,8%, après avoir bondi de 7,3% en 2011. Rien à voir donc avec la flambée des prix des années 2004 (+14,6%) et 2005 (+13,4%).

En régions, les prix des appartements ont limité aussi la baisse, à -0,8% dans le Nord Pas de Calais, -1% dans le Rhône-Alpes ou encore -2,9% en Aquitaine. En moyenne, les prix de ce type de biens ont reculé de 0,1%. Pour les maisons, la tendance baissière est un peu plus prononcée, à -1,4%, avec quelques disparités régionales, entre la Bretagne (-6,4%), le Rhône Alpes (+1,6%), la région PACA (-0,6%).

Vers une décongestion du marché

D'après la Fnaim, "plusieurs facteurs pourraient contribuer à décongestionner le marché". Plus des trois-quarts (77%) des vendeurs sont en effet prêts à baisser leur prix pour conclure la transaction. De leur côté, les acheteurs sont nombreux (53%) à envisager d'élargir leur zone géographique de recherche, à assouplir leurs critères (50%) ou encore à acquérir un bien plus petit (33%).

Actuellement à leur plus bas niveau historique, les taux des crédits immobiliers -s'ils remontent - n'empêcheraient pas de nouvelles transactions immobilières en 2013. Une légère remontée "soutiendrait le marché, en provoquant une réaction chez les particuliers, qui se décideraient à passer à l'acte, de crainte que le coût du crédit n'augmente encore par la suite", souligne François Buet, président de la Fnaim.

L'enquête IFOP a été réalisée auprès d'un échantillon national de 400 agents immobiliers, interrogés du 18 au 21 décembre 2012.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mfouche2 le mercredi 9 jan 2013 à 18:27

    comment faire confinace à ce type de "professionnels" . les prix ne peuvent que baisser significativement pour que le marché se débloque. Plus cette baisse tardera plus elle sera violente. Signe qui ne peut tromper les pancartes "A VENDRE" fleurissent un peu partout comme au début des années 90, juste avant l'aclatement du marché

  • paumont1 le mercredi 9 jan 2013 à 08:51

    J'ajouterai un petit détail, la mort de quelque agence immobilières, vite créées pour vite profiter de la bulle immobilière, et tout aussi vite liquidées, à l'explosion de la dite bulle ne fera pleurer personne, sinon leurs employés, d'autant moins que nous n'avons pas le souvenir de les avoir vu pleurer sur d'autres victimes de la crise.

  • paumont1 le mercredi 9 jan 2013 à 08:34

    Se mettre la tête dans le sable est une méthode utilisée par les autruches. Elle ne résoudra pas la crise; On voit bien que le pouvoir d'achat s'est très largement érodé, et l'annonce de l'augmentation des taux ne va rien arranger. L'acheteur est en position de force, c'est évident, et le vendeur DOIT baisser ses prix...

  • khmane08 le mercredi 9 jan 2013 à 07:25

    le ponzi doit etre stable faut comprendre.

  • khmane08 le mercredi 9 jan 2013 à 07:24

    France perte de 10.000 emplois et de 3.000 agences immobilières en 2012stables? vous avez dit stables ?

  • frgbour le mardi 8 jan 2013 à 21:53

    Quand arreteront-ils de changer de bases de comparaison?Pourquoi une baisse de prix immo leurs fait-elle autant peur? Une baisse de prix augmenterait le nombre de vente et par la même leur chiffre d'affaire.

  • M362321 le mardi 8 jan 2013 à 21:32

    Fallait lire baisser avec un seul S

  • chmey671 le mardi 8 jan 2013 à 16:59

    Si la FNAIM était une référence en matière de prévision cela se saurait .......Leur méthode de calcul est faussée (moyenne sur les 24 derniers mois) et ils sont près à raconter n'importe quoi pour essayer coute que coute de cacher la bulle qui vient d'éclater....Pour ceux qui n'y croient pas qu'ils achètent ...on en reparle d'ici fin d'année ou début 2014 ils auront leurs yeux pour pleurer

  • guyem le mardi 8 jan 2013 à 16:06

    d une certaine facon ils ont raison le prix ne baissera pas c est seulement le pouvoir d achat de l euro qui va s eroder de + en + ....

  • guyem le mardi 8 jan 2013 à 16:05

    oui desinformation totale ! on voit a quel point ils se foutent de notre G... agent immo , le soi disant metier qui ne sert a rien ... il y a un effondrement du nb de transactions et ils veulent nous faire croire qu une remontée des taux ferait repartir les transactions ,,, ce sont de grands psychologues ... autour de moi les "evaluations" sont amputées de 40 % ,,,