Immobilier ancien : le marché se grippe à des prix élevés

le
9
INFOGRAPHIE - La baisse des prix s'est ébauchée en 2012 ( 1,9 % selon Century 21) mais ne devrait pas s'accélérer cette année.


Ceux qui ont le projet d'acheter un appartement ou une maison cette année devront faire avec: la baisse massive des prix de l'immobilier ancien tant attendue n'aura pas lieu en 2013. C'est en tout cas l'avis des grands réseaux d'agents immobiliers. «Si les taux d'intérêt des crédits immobiliers sont stables, il n'y aura qu'une faible baisse des prix comprise entre 1 à 2 %», affirme Laurent Vimont, président de Century 21. Un point de vue partagé par Jean-François Buet, président de la Fnaim. Président du réseau Orpi, Bernard Cadeau anticipe quant à lui un recul des tarifs inférieur à 3 %.

Une quasi-stabilité des prix surprenante alors que le chômage progresse chaque mois et que, dans les entreprises, les augmentations de salaire sont réduites à la portion congrue. Une bizarrerie d'autant plus incompréhensible que les prix de l'immobilier ancien ont doublé au cours de la dernière décennie.

Pour expliquer ce phénomène, Laurent Vimont a son idée: «Les prix de l'immobilier ancien ne reculent pas nettement car on ne construit pas suffisamment en France, analyse-t-il. Crise ou pas, il manque toujours 800 000 logements.» Les taux d'intérêt des crédits immobiliers historiquement bas (3,23 %) expliquent aussi pourquoi les prix ne décrochent pas. En baissant, ces taux ont resolvabilisé les acquéreurs potentiels et permis aux vendeurs de ne pas diminuer sensiblement leurs prix.

La conséquence: entre des vendeurs qui ne veulent pas en rabattre sur leurs prétentions financières et des acheteurs frustrés par cette absence de franche baisse des prix, le marché va continuer à se gripper. Après une année 2011 record où près de 858 000 transactions avaient été enregistrées, l'année 2013 devrait être un tout petit cru: «Nous craignons que le nombre de transactions ne tombe à environ 600 000 cette année», affirme Frédéric Monssu, directeur général du réseau Guy Hoquet.

L'exception parisienne

Finalement, à l'aube de 2013, les experts de l'immobilier ancien s'attendent donc à ce que l'année se déroule comme en 2012. En effet, malgré les incertitudes électorales, les inquiétudes sur l'euro et la multiplication des plans sociaux, les prix de l'immobilier ancien qui avaient encore flambé en 2011 (+ 7,3 %) se sont seulement repliés légèrement l'année dernière. Une baisse limitée à 1,9 % selon Century 21, inférieure à 3 % selon Orpi. Avec des disparités importantes suivant les biens. «Le prix des 3-4 pièces situés en centre-ville, près des commodités, n'a pas baissé, explique Jean-François Buet. En revanche, les grandes maisons situées en lointaine banlieue avec des performances énergétiques médiocres ont vu leur valeur chuter.»

Le marché a aussi évolué différemment suivant les régions. Selon Century 21, en Poitou-Charentes, les prix ont décroché de 9,8 % quand ils baissaient seulement de 1,1 % en Bretagne. Comme d'habitude, Paris fait exception avec une augmentation d'1,5 %.

Dans ce marché grippé avec seulement 650 000 transactions en 2012, les délais de vente ont augmenté: près de 100 jours aujourd'hui contre 92 selon Orpi, 87 jours en moyenne en 2012 contre 78 en 2011 selon Century 21.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mfouche2 le mardi 8 jan 2013 à 16:28

    pourquoi ces parasites de prof. de l'immobilier crient partout qu'il n'y aura pas de baisse ? Ils espèrent faire sortir les acheteurs . Or sauf exception les vendeurs sont toujours plus pressés que les acheteurs ( sauf investisseurs ): successions, mobilités, divorces, agrandissement de la famille, crédit relais... Il suffit d'attendre: RDV au 4ème trimestre

  • dugan le mardi 8 jan 2013 à 13:57

    NON les prix ne baisseront pas en Ilde de France (secteur résidentiel) car les vendeurs ne sont pas pressés, comme moi ! Mise en vente sans intermédiaire et en direct sur PAP et j'ai des demandes.

  • M6762365 le mardi 8 jan 2013 à 10:58

    vous pensez vraiment que l'augmentation des taxes sur l'immobilier va faire baisser les prix ?

  • lm123457 le mardi 8 jan 2013 à 09:58

    Sur Paris, ne pas oublier que la loi LRU force la ville à acheter à tour de bras les immeubles en vente pour en faire de logements sociaux. C'est un afflux de demande qui fait monter les prix. Ca profite aux subventionnés-allocationnés, mais pas aux clases moyennes (qui n'ont pas la chance d'être immig.grés).

  • samir128 le mardi 8 jan 2013 à 08:46

    L’apparente stabilité des prix à Paris n'est due qu'à l'outil statistique que ni les notaires ni les agents immobiliers ni les journalistes ne semblent comprendre: on peut A LA FOIS avoir TOUS les prix des biens qui baissent ET un prix moyen qui est stable ou même qui monte! Si la structure des ventes change, ce qui est le cas: moins de ventes de biens "avec défaut", ce qui tire mécaniquement le prix moyen vers le haut, alors même que TOUS les prix baissent!!

  • titi18 le mardi 8 jan 2013 à 01:50

    Je ne crois pas à une baisse franche de l'immobilier en raison des terrains qui se raréfie, mais aussi en raison des prix des matériaux et des équipements qui augmentent tout les ans. Par ailleurs la main d'oeuvre compétente est difficile à trouver et ça se paye.

  • M720531 le mardi 8 jan 2013 à 01:23

    Ce ne sont pas les vendeurs qui ont des "prétentions". Mais les intermédiaires inutiles et malhonnêtes qui ont chanté à tue-tête que le marché allait s'écrouler et s'étonnent maintenant de ne plus trouver d'acheteurs.Les vendeurs sont des homo economicus: Comme les monétaires ne rapportent rien, que la bourse a fait du surplace, que l'or est au plus haut, que les banques ont frolé la faillite, que le logement est LE SEUL secteur en demande, l'immobilier est mieux qu'un coffre fort.

  • ben.doir le lundi 7 jan 2013 à 21:50

    mdr si century 21 dit que ca ne va pas trop baisser cest que ca va bien baisser. il y a un ans ils annoncaient une stabilité alors que ca a commencé à baisser. a quoi bon demander l avis de century 21. quel interet de demander un avis sur un marché immobilier qui s écroule à des agents immobiliers qui sont tout sauf objectifs

  • fab2002 le lundi 7 jan 2013 à 21:25

    lol, regarder les prix affichés sur les sites internet....on commence à avoir des baisses de 10000 euros à 20000 sur des bien à 250000.....mais non cela ne baisse pas....lol