Immobilier : adaptez votre assurance emprunteur à votre profil

le
0

Les garanties indispensables ne sont pas les mêmes selon que l’on achète seul ou à deux, pour une résidence principale ou un investissement locatif. L’état de santé ou la situation professionnelle changent aussi la donne. Conseils.

L’assurance d’un crédit immobilier n’est pas la même pour tout le monde. Celui qui achète sa résidence principale par exemple devra veiller à sécuriser le mieux possible ses ressources. Pour lui, outre les traditionnelles garanties décès, perte totale d’autonomie et incapacité permanente de travail, une couverture en cas d’ITT, c’est-à-dire d’incapacité de travail temporaire, est très utile. S’il est malade et ne peut plus exercer son métier, avec à la clé une chute de revenus, cette assurance prendra en charge ses mensualités.

En revanche, cette garantie sera moins utile à l’investisseur qui veut financer un logement pour le louer: même si son état de santé lui interdit de travailler, il continuera à percevoir le loyer pour rembourser la banque comme avant, remarque le courtier en crédit Immoprêt. Même principe pour un retraité, qui, s’il ne travaille plus, n’a aucune raison de s’assurer pour une incapacité de travail!

Des garanties complémentaires utiles pour certaines professions

Le courtier en crédit conseille également aux clients dont la profession requiert une bonne condition physique de souscrire une garantie IPP (Invalidité Permanente et Partielle). Grâce à elle, la mensualité sera prise en charge en cas d’accident ou maladie provoquant une invalidité comprise entre 33 % et 66 %. Ces invalidités, même partielles, peuvent en effet interdire l’exercice de certains métiers (un chirurgien est handicapé par exemple s’il perd un doigt).

Parce que la plupart des contrats d’assurance emprunteur excluent les maux de dos, souscrire l’option «psy-dos» est conseillé aux emprunteurs qui exercent un métier à risque, obligeant par exemple à porter de lourdes charges. Même s’il faut pour cela accepter une majoration de la prime. Certaines compagnies proposent aussi des extensions de garanties pour la pratique de sports à risques (parachutisme…).

Bien s’assurer… à deux

Enfin, quand deux personnes s’endettent pour acheter un même logement, elles doivent en principe s’assurer proportionnellement à leurs parts respectives dans le crédit. Mais rien ne leur interdit de s’assurer chacune pour la totalité du capital. Ainsi, si l’un des assurés décède, la compagnie d’assurance remboursera à la banque tout le capital restant dû sur le crédit et le survivant ne devra plus rien. A contrario, si chaque co-emprunteur se couvre seulement à hauteur de 50 % du capital, l’assureur remboursera seulement la moitié du capital si l’un d’eux disparaît.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant