Immobilier : acheter, vendre ou attendre ?

le
6

(lerevenu.com) - Jusqu'où les prix vont-ils baisser ? 

Beaucoup d'acheteurs aspirent à une chute phénoménale comparable à celle observée en Espagne, au Portugal ou aux Etats-Unis. Certains vont jusqu'à évoquer des chiffres de -30, voire -40% (pour faire le buzz sur les médias sociaux ?). Des chiffres qui ne sont pas irréalistes. «Les anciens» savent que l'immobilier parisien a chuté de plus de 35% entre'90 et'95.   

On se dirige en fait vers un marché à plusieurs vitesses. Sur les marchés les plus touchés par la crise économique, il y a de forts ajustements à la baisse. Et ce n'est pas fini. Surtout pour les biens isolés à la campagne ou avec défauts. En Île-de-France, à Paris, et dans les grandes agglomérations il y a des corrections mais les prix devraient rester élevés en raison de la faiblesse de la construction neuve et de l'attractivité économique du territoire. 

On revient aux fondamentaux de l'immobilier : l'emplacement, la qualité des matériaux, l'orientation. Fini l'époque où tous les biens partaient au prix moyen du quartier, voire de la ville. Le marché immobilier est par définition hétérogène - il n'y a pas deux biens identiques - et cette hétérogénéité s'exprime à nouveau dans des prix au m2 différenciés : c'est plutôt une bonne nouvelle. Il n'y avait aucune raison de payer aussi cher un rez-de-chaussée sombre qu'un dernier étage bien orienté avec terrasse. 

Comment tirer profit d'un tel

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • lio3 le mercredi 24 sept 2014 à 11:01

    Les risques de deflation et pertes d'emploi sont preponderant. Seul la barriere du CDI francais protege encore le marche immobilier. La moyenne europeenne des grandes villes en Europe est autour de 3500 euros le m2 et donc c'est cette target qu il faudrait prendre le CDI venait a disparaitre pour Paris. Le reverse tilt de la deflation fait supporter des charges reels trop lourdes aux jeunes couples (+pression fiscale) c tres different de la generation de leurs parents (croissance+inflation)

  • lio3 le mercredi 24 sept 2014 à 02:47

    Les notaires les agents immos tels Larguier Feau Paris Neuilly continuent de maintenir articficiellement les prix dans des fourchettes hautes de maniere a conserver leurs marges quis sont exprimes en %. Au lieu de conserver un volume de transaction eleve pour leur industrie ils ont vicie le systeme et plonge de plus en plus de jeunes couples avec enfants dans des credit longs qui les expose aux aleas de leur vie economique dans la periode de deflation que nous vivons et qui va continuer.

  • faites_c le lundi 22 sept 2014 à 09:38

    Les points 1 et 3 du précédent commentaires sont totalement subjectifs et dépendent du mar goulin qui a écrit ce torchon! Peut-on avoir plus de détails sur les soit-disant suspicions sur les marchés financiers? Quant au point 2, avant que l'inflation revienne, on a une bonne dizaine d'années devant nous. Conclusion : il faut absolument éviter l'immobilier

  • faites_c le lundi 22 sept 2014 à 09:37

    "Mais il y a aussi trois arguments en sa faveur :1.les suspicions sur les placements financiers. 2.Si l’inflation repart, c’est bon pour l’immobilier. 3.Les fondamentaux du marché de l’habitation sont bons."

  • faites_c le lundi 22 sept 2014 à 09:37

    Boursorama peut-il mettre en ligne un éditeur de texte qui compte les caractères saisis!!! Je commence à très sérieusement énervés par le message "Les commentaires doivent contenir entre 5 et 500 caractères" quand mes commentaires contiennent moins de 400 caractères d'après la fonction Nbcar des tableurs comme excel!!!!

  • M6602723 le vendredi 19 sept 2014 à 00:25

    Petite précision, entre 1991 et 1998 la baisse à Paris intra muros a été proche de 50 %... (48 % je crois).Voici comment les journalistes minorent les baisses antérieures en prenant des périodes plus courtes.De toutes manières il est très facile de vérifier, confer le tunnel de friggit.il est urgent d'attendre.