Immo Day 1 : La tendance, l'Europe, nouvelle frontière de l'immobilier d'entreprise

le
0

De la rencontre « Immo day » initiée par 5 acteurs de la pierre papier (Amundi Immobilier, La Française REM, Primonial Reim, Perial AM, Sofidy) une tendance majeure émerge: la diversification géographique. Car « elle répond à des impératifs de marché et de rendement, qu’il s’agisse d’immobilier de bureaux ou commercial ».

Après avoir souligné l’afflux de nouveaux capitaux en direction de l’immobilier, et notamment des actifs prime en 2014, Geoffroy Schmitt, responsable du Pôle Immobilier de PWC estime que cette tendance « devrait s’accélérer, car l’immobilier européen profite d’un double effet de diversification » : un rendement élevé, dans un contexte de taux bas et une quête de la diversification géographique.

Cette internationalisation de l’investissement gagne les Européens alors que « ce comportement est déjà ancré dans les mœurs dans les pays anglo-saxons . Pour la France,il s’agit d’une « attitude plus novatrice ».

3 pays se démarquent : l’Angleterre, la France et l’Allemagne et, derrière eux, des villes. Mais la raréfaction de certains biens sécurisés devrait aussi pousser les investisseurs à élargir leur horizon vers des marchés moins prestigieux, moins profonds ou moins liquides…. Bref, il leur «faudra augmenter leur seuil de risque ».

L’étude de PWC et l’ULI indique une volonté des investisseurs de se tourner vers les pays d’Europe du sud ou vers l’Irlande et dans des villes comme Dublin, Madrid et Barcelone.

Parmi les pays « cœur », le Royaume-Uni et Londres confirment leur attractivité, tandis que l’Allemagne, « havre de sécurité », promet des rendements plus faibles. La défiance reste marquée envers la France, au regard des réformes à entreprendre et du poids de la fiscalité. Mais si Paris, « souffre des retards du Grand Paris et des taxes sur l’immobilier de bureaux » la capitale « reste tout de même une place quasi incontournable, tant pour les bureaux que pour les commerces, ainsi que sur des segments plus récents, comme la logistique ». Ainsi, pour Paris QCA, il est possible d’obtenir un taux prime de 3,75 % tout en étant positionné sur des actifs très sécurisés.

Enfin, malgré son l'hétérogénéité, le marché de l'immobilier d'entreprise européen se démarque par un niveau de prime de risque exceptionnel, au regard des taux pratiqués.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant