Immigration : l'Espagne et l'Italie face à un afflux exceptionnel de clandestins

le
1
Immigration : l'Espagne et l'Italie face à un afflux exceptionnel de clandestins
Immigration : l'Espagne et l'Italie face à un afflux exceptionnel de clandestins

L'Espagne et l'Italie font face à une nouvelle vague d'immigration clandestine. En l'espace de quelques jours, quelques 1 300 migrants ont franchi les frontières espagnoles tandis que près de 3 400 d'entre eux sont arrivés en Italie depuis samedi.

Pour faire face à ce dossier épineux, le ministère de l'Intérieur espagnol a convoqué une réunion d'urgence mercredi et décidé du renforcement du dispositif sécuritaire de 475 membres des forces de l'ordre dans les enclaves espagnoles au Maroc de Ceuta et de Melilla, ainsi qu'à Algésiras, ville du sud de l'Espagne donnant sur le détroit de Gibraltar.

Gibraltar, point de passage vers l'Espagne

C'est en effet par ce détroit que plus de 900 personnes, dont des bébés, sont arrivées à bord de bateaux de fortune en une seule journée mardi et transportées à Tarifa, en Andalousie. Cette situation  constitue du «jamais vu» pour la Croix Rouge. Ils ont été accueillis notamment dans des gymnases mais certains devaient être évacués vers d'autres centres. «Jamais nous n'avions vu ça jusqu'à présent en un seul jour», a affirmé mardi un porte-parole de la Croix-Rouge à la radio publique espagnole.

«Il s'est passé la même chose l'année dernière vers les mêmes dates, à la fin du ramadan. Il est vrai que cette année c'est exceptionnel», a reconnu le préfet d'Andalousie, Carmen Crespo, à la radio Cadena Ser.

De son côté, le ministère de l'Intérieur espagnol affirme avoir «maintenu des contacts étroits avec les autorités marocaines pour trouver la solution la plus rapide possible», alors que la presse, citant des sources policières, affirme que le Maroc a relâché ses contrôles face à la pression migratoire.

Le nombre de personnes secourues en mer et prises en charge par la Garde civile a atteint près de 1 300 en quatre jours. Dans le même temps, la pression migratoire s'est également accrue dans l'enclave espagnole de Melilla dans le nord du Maroc. Mercredi ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • LeRaleur le mercredi 13 aout 2014 à 17:49

    Et hop tout viré, comme d'hab. Faut plus poster, ça ne sert à rien.