Immigration en Suisse : les frontaliers craignent pour leurs emplois

le
4
Photo d'illustration.
Photo d'illustration.

Les 278 000 étrangers, dont 165 000 frontaliers français qui travaillent en Suisse, ont pris comme un véritable coup de poing la votation réclamant "la fin de l'immigration de masse". Le Groupement transfrontalier européen (GTE), qui revendique 36 000 adhérents, a immédiatement réagi en "regrettant profondément" cette décision. "La Suisse vient d'envoyer un message négatif aux étrangers et aux frontaliers", a écrit l'association sur la page de garde de son site internet. Depuis lundi matin, les appels et les courriers inquiets affluent. "Il n'y a pas d'impact immédiat, car il faudra trois ans pour mettre en place cette initiative", leur répond-on."Il y a beaucoup d'inquiétude, sur l'emploi, mais aussi sur la protection sociale", résume Laurence Coudière, chargée de la communication du GTE, "les transfrontaliers veulent savoir quelles seront désormais les conditions d'accès au chômage, à l'assurance maladie, à la retraite, à l'invalidité". Les questions portent également sur la reconnaissance des diplômes universitaires, ainsi que sur les modalités d'obtention des permis de travail. "Les frontaliers se demandent aussi s'ils ne vont pas être licenciés", rapporte encore Laurence Coudière. "Avec la préférence cantonale, on demandera aux employeurs suisses de justifier qu'ils ont fait des recherches préalables sur le territoire, poursuit-elle, et des autorisations de travail, qui n'étaient jusqu'à présent qu'une formalité remplie en trois...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 82554976 le mercredi 12 fév 2014 à 08:48

    La Suisse comme nous , elle est pillée par des gangs d'étrangers qui ne viennent pas pour travailler !! C'est exactement comme chez nous

  • pichou59 le mardi 11 fév 2014 à 11:39

    s'il y avait un référendum en France, le résultat aurai été encore pis!! - cela ne concerne pas les travailleurs frontaliers.

  • mlaure13 le mardi 11 fév 2014 à 11:23

    Les vrais et bons travailleurs n'ont rien à craindre, la Suisse a besoin d'eux...ce sont les glandeurs/chienlit de tous pays dont elle ne veut plus à juste raison !...

  • python75 le mardi 11 fév 2014 à 09:39

    ahhh effectivement, on n'entend plus ceux qui pronent la fermeture des frontières... 180 000 travailleurs français en Suisse... commencent à se poser des questions... Est-ce qu'ils votaient FN!?!?! LOL...