Immeuble effondré au Bangladesh : 300 morts et de violentes manifestations

le
0
Immeuble effondré au Bangladesh : 300 morts et de violentes manifestations
Immeuble effondré au Bangladesh : 300 morts et de violentes manifestations

La colère des travailleurs gronde au Bangladesh, après l'effondrement mercredi d'un immeuble construit illégalement dans lequel plus de 300 ouvriers du textile ont trouvé la mort. Ce vendredi, des heurts ont opposé la police à des centaines de milliers de manifestants, qui réclament des sanctions contre les responsables.

La police a tiré des balles en caoutchouc et des gaz lacrymogènes contre la foule en colère à Savar, dans la banlieue de la capitale Dacca, où le Rana Plaza, un immeuble de huit étages, s'est effondré comme un château de cartes. Il s'agit du pire accident dans l'histoire industrielle du Bangladesh, un pays pauvre d'Asie du Sud qui a fait de la confection le pivot de son économie.

«La situation est très instable. Des centaines de milliers d'ouvriers participent à la manifestation», a reconnu un responsable de la police. Des travailleurs ont ainsi attaqué des usines, renversé des véhicules, brûlé des pneus sur la route et essayé de mettre le feu à des échoppes le long du parcours de la manifestation de masse. Ils ont aussi obligé des usines textiles à fermer. «Ils exigent l'arrestation et l'exécution des propriétaires des ateliers et du bâtiment qui s'est effondré à Savar», a expliqué le responsable policier.

Le bilan de la catastrophe s'est encore aggravé, passant pour la première fois le cap des 300 morts, dont une grande proportion de femmes. «Le bilan est de 304 morts», a déclaré un porte-parole de l'armée, Shahinul Islam, précisant que plus de 2 300 personnes avaient été sorties vivantes des décombres depuis l'accident.

VIDEO. Un immeuble s'effondre au Bangladesh

La catastrophe a relancé la polémique sur la sécurité dans l'industrie textile fournissant des marques occidentales. L'immeuble abritait cinq ateliers de confection notamment liés à la marque espagnole Mango et au britannique Primark, seules enseignes à avoir confirmé leurs relations avec des ateliers du...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant