Imerys : une chute boursière passagère

le
0
Vue d'hélicoptère d'une mine Imerys. (© Imerys)
Vue d'hélicoptère d'une mine Imerys. (© Imerys)

Le spécialiste de la valorisation des minéraux a publié des comptes trimestriels décevants. À périmètre et taux de change constants, ses ventes ont reculé de 4,5%, à 974 millions d’euros. Elles ont notamment été affectées par le recul de l’activité dans les proppants (billes de céramique utilisées dans l’exploitation des hydrocarbures de schiste). La base de comparaison avec la même période de l’an dernier a aussi joué. À l’épo­que, le groupe avait bénéficié d’une embellie temporaire et les ven­tes avaient grimpé de 5%.

Bloc "A lire aussi"

Reste que le recul de l’activité interne a fait reculer l’action de 4% le 30 avril et le 4 mai.

Nous voyons dans le récent repli du titre une opportunité d’achat. Gil­les Michel, le PDG, a indiqué que, malgré un mauvais début d’année, la tendance n’était pas brisée. L’activité a ainsi été meilleure en mars qu’en janvier et février. Seul le métier des proppants va continuer à peser. Il a coûté 5 millions d’euros de profit opérationnel au premier trimestre.

À l’inverse, le groupe bénéficie à plein de la dépréciation de l’euro (+10,6 millions d’euros au niveau du résultat opérationnel) et réussit toujours à passer des hausses de prix (+10,9 millions). L’intégration de S&B, effective depuis le 1er mars, devrait également soutenir les bénéfices du groupe.

Lire la suite sur le revenu.com


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant