Imbroglio autour des pourboires des serveurs

le
10
Face aux craintes des serveurs d'être rémunérés au pourboire comme aux États-Unis, le syndicat hôtelier UMIH, qui appelle à une meilleure formation des serveurs, précise ses propositions.

Des serveurs plus souriants et mieux qualifiés. Comme certains Français, c'est ce que souhaite l'Union des métiers de l'industrie hôtelière (UMIH), l'un des deux plus grands syndicats hôteliers de France, avec 80.000 sociétés adhérentes essentiellement en milieu rural. «En France, le service n'est pas le point fort, admet son président Roland Héguy. On doit donc former des serveurs pour qu'ils soient souriants, pour qu'ils aiment faire plaisir, a-t-il expliqué ce mercredi sur Europe 1. «On doit professionnaliser ce travail, créer des vraies vocations, car trop souvent le personnel de service considère son travail comme un petit job sans intérêt» a-t-il ensuite précisé au Figaro.fr.

Pour ce faire, l'organisation souhaite travailler non seulement sur la formation du personnel de salle, mais aussi sur son mode de rémunération. C'est en tout cas l'interprétation faite par une partie de la profession, qui craint que le syndicat soit prêt à bouleverser les habitudes les plus ancrées des Français: le pourboire, petit supplément au salaire. En tout cas sous sa forme actuelle. Dans ses propos, le dirigeant ne précisait pas si cette réflexion sur le métier incluait des mesures sur le salaire, ni si le client serait seul décisionnaire d'une part variable, en fonction de sa satisfaction. «Nous n'avons jamais dit que les serveurs devaient être rémunérés de cette façon, se défend Roland Héguy, mais simplement que l'on devait réfléchir au moyen de rendre de l'attractivité à ce métier. Il y a eu une interprétation trop rapide. Il n'est pas question d'une rémunération entièrement au pourboire».

En tête de liste des craintes des serveurs: la possibilité pour les consommateurs d'être seuls juges de la qualité du service, voire du sourire du garçon de salle. Avec ce système, un oubli pourrait presque passer pour du vol, comme c'est le cas aux Etats-Unis si vous omettez, sciemment ou non, de vous acquitter du célèbre «tip».

Loi Godard de 1947

Du côté du Syndicat national des hôteliers (Synhorcat), l'autre grand syndicat hôtelier, on souligne également que les formes de rémunération actuelles remplissent bien leur rôle. «On enfonce des portes ouvertes dans ce débat, appuie Didier Chenet son président. La rémunération variable existe déjà. Depuis la loi Godard de 1947, tout hôtelier peut payer son personnel en contact avec la clientèle, sur la base d'un salaire fixe et d'un 'pourcentage service'. Aujourd'hui la très grande majorité des brasseries à Paris pratique d'ailleurs déjà cette forme de rémunération». Pour que le client ne s'y perde pas et sache si son serveur est déjà payé pour son service, le restaurateur est obligé d'indiquer sur la facturette 'service compris', ainsi que le pourcentage rétrocédé à son personnel. Le cas contraire, le client sait que les serveurs sont rémunérés sur une base fixe. Libre à eux ensuite d'ajouter un pourboire.

Mauvaise interprétation ou non, l'imbroglio souligne la tension persistance dans le secteur, quinze jours après le relèvement de 3 points du taux de TVA dans la restauration, à 10 %. Réagissant aux réflexions de l'UMIH sur Europe 1, Pierre Moscovici, le ministre de l'Économie, est d'ailleurs resté très prudent sur le contenu des discussions à venir, insistant sur le fait que le restauration ne devait pas devenir un «précariat généralisé», soumis au jugement ultime du client.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M6111389 le jeudi 22 nov 2012 à 07:38

    Je propose de payer les politiciens de la même manière """"" en fonction des résultats obtenus""""""""""

  • gepadtun le mercredi 21 nov 2012 à 18:27

    Depuis la baisse de la TVA, ce sont les restaurateurs qui se mettent la différence dans la poche au détriment des serveurs qui n'ont plus de pourboire.Consolez vous les serveurs : vous offrez une Porsche à votre patron !

  • lhonderm le mercredi 21 nov 2012 à 18:25

    Bonne idée. Les bons serveurs transforment un restaurant moyen en un bon moment, et si ils sont bon dans un étoilé, c'est génial. «précariat généralisé» mon luc ! si les gens se bougent bien, ils sont bien payés. et c'est tout.

  • dugan le mercredi 21 nov 2012 à 18:15

    Je ne leur laisse jamais un sous à ces kon.nards pas aimable et pas souriant, c'est bien franchouillard cette attitude agressive. Par contre, en Italie, en Angleterre, en Suisse et aux USA je laisse toujours une moyenne de 5€ même si le service est compris ; aux USA je laisse facilement 10$.

  • malvi78 le mercredi 21 nov 2012 à 17:15

    faut bien savoir une chose : autrefois le service de salle etait au pourcentage , un revenu journalier de 500francs minimum et un pourboire de 400 a 800 francs journalier. c etait six jours sur sept ,fatiguant mais motivant... aujourd hui c est la plupart du temps le smic et 35 heures et il faut au moins deux mois d aprentissage en tant que commis et deux mois en tant que chef de rang pour maitriser son job .Aujourd hui qui a envie de travailler jour et nuit et week end pour le smic?

  • ceriz le mercredi 21 nov 2012 à 16:19

    si le serveur : porteur d'assiettes a 15 % le patron lui donnera un fixe inférieur! et la note finale sera trop élevée! un serveur ça coûte pas cher: c pas un métier: on forme un thai en 15 jours....... pas besoin de compétences pour faire ce métier.

  • ceriz le mercredi 21 nov 2012 à 16:16

    pourquoi? la note du restaurant n'est pas assez élevée????? ben je fréquenterai plus les resto: deja on mange pas super bien! et si c plus cher en plus!....... vs verrez la fréquentation baisser encore!

  • raph73 le mercredi 21 nov 2012 à 16:12

    vous croyez que les consommateurs vont donner sur la base du volontariat? :)

  • frk987 le mercredi 21 nov 2012 à 15:49

    En France le service est normalement inclu, aux US il ne l'est pas, d'où la différence majeure de comportement du serveur !!!

  • M2941863 le mercredi 21 nov 2012 à 15:42

    Aux USA ont est très bien servi, avec gentillesse, sourire et parfois même de bons conseils, je laisse entre 15 à 25$ de pourboire. en france je ne laisse rien, sont pas aimable, et jette sur la table votre café et votre assiette !