Ils sont plutôt confiants pour les Bleus

le
0
Ils sont plutôt confiants pour les Bleus
Ils sont plutôt confiants pour les Bleus

A l'heure du marasme et du défaitisme ambiant avant le barrage retour contre l'Ukraine, l'équipe de France vient de se trouver un allié de poids en la personne de Joachim Löw. Le sélectionneur allemand a donné son sentiment et même son pronostic sur l'issue du match des Bleus. S'il reconnaît son étonnement de voir la France avoir « autant de mal face à l'Ukraine », il n'en reste pas moins persuadé qu'avec les talents qui composent cette équipe, les Bleus iront au Brésil. « On attend beaucoup de la France et j'imagine que les joueurs, le sélectionneur et le public doivent traverser une période très tendue, car ne pas se qualifier serait une catastrophe nationale, a-t-il expliqué. Mais je pense que la France sera agressive et sera à son meilleur niveau pour aller au Brésil. »

Löw optimiste, l'UNFP aussi

Bien installé dans son fauteuil de sélectionneur, un poste qu'il occupera jusqu'en 2016, Joachim Löw prépare lui tranquillement le match amical contre l'Angleterre mardi. « Si l'Ukraine réalise un bon résultat en France, alors l'équipe méritera son billet pour le Brésil, mais mon sentiment est que, au final, la France sera capable de retourner la situation. » Un optimisme partagé par l'UNFP. Le syndicat des joueurs professionnels a publié un communiqué en forme de soutien sans faille aux Bleus. « L'UNFP soutient, supporte l'équipe de France ! Et appelle à la mobilisation générale. Sur le terrain, nous n'en doutons pas une seule seconde, les joueurs seront forcément mobilisés, et plus que jamais motivés compte tenu de l'enjeu, mais ils doivent aussi savoir, ressentir, que tous les vrais amoureux du football en France sont avec eux, derrière eux. La victoire est à ce prix. La qualification aussi ! » Lors du match aller, plusieurs sportifs français (Gasquet, Tsonga, Karabatic, etc?) s'étaient déjà mobilisés pour soutenir les Bleus. L'union sacrée prônée n'avait pas porté ses fruits.

Cascarino tacle les Bleus, Timochtchouk méfiant

Il y a donc les optimistes mais aussi les autres, ceux qui estiment que la France ne réussira pas l'exploit, ou ne mérite pas d'aller au Brésil. Pour Tony Cascarino, ancien attaquant de l'OM, certainement rancunier en qualité d'Irlandais, « la débâcle de l'Afrique du Sud, où l'équipe a implosé, reste une cicatrice profonde, a-t-il écrit dans une chronique publiée dans le Times. Ils ne montrent jamais de force de caractère quand c'est nécessaire. La défaite face à l'Ukraine en a été la criante illustration. Chaque fois, ils se débrouillent pour décevoir. » Pour Anatoly Timochtchouk, bien placé pour parler en qualité d'adversaire des Bleus, rien n'est encore joué. Le milieu de terrain ukrainien est conscient que le match retour s'annonce délicat. « Nous avons obtenu une très grande victoire à Kiev, a confié le joueur du Zenit Saint-Pétersbourg. Mais nous avons perdu deux défenseurs et les Français auront l'avantage du terrain et du public cette fois-ci. Le football réserve tellement de surprises qu'il nous faudra faire attention. La France n'aura plus rien à perdre. Tout peut encore arriver. » Aux Bleus d'en prendre conscience.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant