Ils se battent contre la démolition-reconstruction d'un immeuble

le
4

À Bourg-la-Reine, en région parisienne, un collectif se bat pour éviter la démolition d’un immeuble, qui devrait être remplacé par un complexe de logements sociaux et étudiants.

Pourquoi tout déconstruire pour reconstruire un bâtiment sans âme? C’est le message des défenseurs d’un immeuble à l’abandon depuis dix ans, situé à Bourg-la-Reine, dans les Hauts-de-Seine. L’association Qualité de Vie à Bourg-la-Reine (AQVBLR) et le collectif Architecture Paysages Circulation vantent «sa qualité urbaine et architecturale», rapporte ce matin Le Parisien. Depuis deux semaines, ils se mobilisent donc pour tracter, et pour sensibiliser...

Les qualités de ce bâtiment - qui comporte 45 logements - selon ses défenseurs? Une frise de style Art déco, sa corniche en terre cuite, ses jolis escaliers en chêne... Des raisons suffisantes pour réfléchir avant de songer à le démolir. L’immeuble devrait effectivement être démoli au dernier trimestre 2015, pour être remplacé par un complexe flambant neuf de logements sociaux et étudiants. Si les défenseurs de l’immeuble ne sont pas non plus contre ce projet, ils essaient d’obtenir auprès des autorités compétentes une solution alternative.

Un projet à 10 millions d’euros

Que veulent les défenseurs de l’immeuble? Un élargissement du bâtiment afin de pouvoir construires 60 logements étudiants et 10 logements familiaux tout en conservant un espace vert... Mais du côté des autorités compétentes, justement, on ne l’entend pas de cette oreille. «C’est un projet utopique, explique au Parisien Christine Gabrion, la directrice de l’office Public de l’Habitat (OPH) de Bourg-la-Reine, maître d’œuvre du projet. Le bâtiment n’est plus en état, il nécessiterait de lourds travaux pour être réhabilité, et surtout pour le mettre aux normes actuelles. Autre conséquence, cela nous obligerait à réduire le nombre de logements.»

Le projet du complexe retenu, qui devrait être livré fin 2017-début 2018, sera composé d’un bâtiment consacré aux logements sociaux avec 15 appartements familiaux, et un autre bâtiment exclusivement dédié aux logements étudiants. Il abritera 80 petits studios. Ces deux bâtiments seront séparés par un espace de verdure. «Le coût du projet, 9,7 millions d’euros, devrait être financé avec des partenaires, la Région, le conseil départemental, l’agglo, la Ville et le 1 % logement», détaille Christine Gabrion. Ce chantier est considéré comme la première étape d’une réorganisation des alentous de la gare.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mpincon le mardi 28 juil 2015 à 11:24

    Tous ces projets de construction conduisent à faire sortir de terre des horreurs style années 60 en banlieue .Ces nouvelles constructions collectives ne sont que de la cage à lapins Appamée

  • calippe3 le mardi 28 juil 2015 à 10:21

    on retrouve aujourd'hui des constructions en forme de cube en béton sans "âme" tellement affreuse ou avec du bois qui vieilli mal oui ils ont bien raison de se défendre pour essayer de trouver un meilleur choix .....

  • frk987 le lundi 27 juil 2015 à 18:30

    Je comprends de mieux en mieux pourquoi les parisiens partent en vacances, se retrouver dans une piaule sans bestioles, tant bien même un tas de fu....mier attire les mouches, ce doit être le paradis de dormir sans punaises dans le lit et des chapelets de cafards aux murs. Voilà l'explication du succès des gîtes ruraux et autre park centers.......

  • frk987 le lundi 27 juil 2015 à 18:18

    Un bel escalier en chêne qui prendra feu et les mêmes diront que c'est un scandale. Vous me direz que 99% des immeubles parisiens sont des dangers soit au niveau de l'incendie, soit au niveau des cafards et autres bestioles...mais les parigos aiment ça...grand bien leur fasse !!!!!