Ils ont raccroché les crampons en 2014.

le
0
Ils ont raccroché les crampons en 2014.
Ils ont raccroché les crampons en 2014.

Ils n'ont pas attendu 62 ans pour prendre leur retraite. En 2014, la planète football a perdu du beau monde. Du Ballon d'or, du champion du monde, du vainqueur de la Ligue des champions, du mythe, du tireur de coup franc et Mickaël Landreau. Rien que ça.

  • Manuel Almunia Une demi-douzaine de clubs en Espagne dans l'ombre avant de trouver son Graal outre-Manche. À Arsenal, plus exactement. Le portier espagnol va prendre un pied pas possible dans la capitale anglaise au point de se déclarer sélectionnable avec l'équipe d'Angleterre à la fin des années 2000. L'homme va finalement terminer sa carrière à Watford, où il n'aura rien perdu de ses réflexes. Cet été, il aurait aimé faire une dernière pige en Italie, mais un problème cardiaque lui signifie la fin du match. C'est ainsi que le dernier homme au monde à encore se décolorer les cheveux va se retirer du game.


  • Javier Zanetti Doit-on encore définir Javier Zanetti ? Fidèle à l'Inter pendant près de vingt ans (1995-2014) et plus de 850 matchs, l'Argentin aura tout gagné en Lombardie : Ligue des champions, Coupe UEFA, championnat, Coupe, Supercoupe et surtout le respect de toute une ville. Lors de ses adieux en mai dernier, la classe éternelle de l'Argentin n'était plus dans ses pieds, mais dans ses mots : " Nous avons traversé tant d'années ensemble, je n'oublierai jamais votre amour parce que vous m'avez adopté. Je suis l'un des vôtres, j'ai défendu le maillot de l'Inter partout. Je porterai toujours avec moi votre amour. Vous êtes l'Inter. Vous êtes la chose la plus importante. Je referai un match d'adieu pour vous avoir à mes côtés. "


  • Carles Puyol Une dégaine à faire le mime sur les Ramblas, mais un cœur de lion. Carles Puyol, c'est la chevelure du Barça qui gagne. Le brassard du capitaine autour du bras, le numéro 5 a gardé la forteresse catalane pendant 15 ans, depuis que Louis van Gaal l'a lancé dans le grand bain. 15 piges à tout gagner : trois Ligues des champions et six championnats d'Espagne. Sans parler de son CV national avec la...







  • Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

    Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
    Devenez membre, ou connectez-vous.
    Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant