Ils ont marqué le foot italien : Franco Baresi (5)

le
0
Ils ont marqué le foot italien : Franco Baresi (5)
Ils ont marqué le foot italien : Franco Baresi (5)

Chaque mois, jusqu'à l'Euro, Sofoot.com retracera les 100 joueurs qui ont marqué le football italien, espagnol, allemand, anglais et français. On arrive dans la dernière ligne droite du Top Italie, avec le joueur classé cinquième, l'immense Franco Baresi, charismatique leader des Rossoneri pendant 20 ans de 1977 à 1997.

Retrouvez le classement des 100 meilleurs joueurs français de l'histoire
L'histoire tient souvent à un ou plusieurs détails. Certains appellent cela le destin, d'autres le hasard. Mais qu'importe le terme choisi, une chose est sûre : bien peu de choses suffisent à faire pencher la balance dans un sens ou dans l'autre. Dans une réalité parallèle où ces infimes détails auraient été différents, Franco Baresi est une légende de l'Inter. Car même s'il est né dans une famille de confession milanista, c'est bien avec les Nerazzurri que Franco a passé ses premiers tests lors de l'été 1974, à l'âge de 14 ans. " Je voulais suivre mon frère Giuseppe (son aîné de deux ans, ndlr) qui était déjà à l'Inter. Je m'en souviens très bien, j'avais fait un essai sur le terrain de Rogoredo (un quartier de Milan, ndlr), mais ça n'avait pas été concluant. Ils m'avaient dit : "Repasse l'année prochaine." Il faut bien le dire, ils pensaient que j'étais nul (rires)."

Franco ne se laisse toutefois pas abattre par ce refus et décide d'aller voir si l'herbe est plus verte du côté de son club de cœur rossonero. Aidé par Guido Settembrino, son coach à l'Aurora Travagliato (le club de sa ville de naissance, ndlr), Franco parvient également à décrocher un essai à Milanello. Néanmoins, après l'avoir vu à l'œuvre, les Rossoneri sont tout aussi hésitants, comme le narre Francesco Zagatti, à l'époque coach de la Primavera du Milan : "Franco avait une énorme volonté et un gros caractère, et il était aussi très bon techniquement, mais il était vraiment très frêle physiquement." Le potentiel du jeune garçon chétif finit toutefois par faire la différence. "Je me souviens avoir dit à Sandro Vitali, qui était responsable des équipes de jeunes : "Écoute, c'est plus facile de construire un garçon comme ça physiquement que d'apprendre à un autre à jouer. Tentons le coup !"" C'est le début de la grande histoire d'amour entre le Milan AC et Franco Baresi.

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant