Ils ont marqué le foot français, de 50 à 41

le
0
Ils ont marqué le foot français, de 50 à 41
Ils ont marqué le foot français, de 50 à 41

Chaque mois, jusqu'à l'Euro, Sofoot.com retracera les 100 joueurs qui ont marqué le football italien, espagnol, allemand, anglais et français. On termine donc avec la France, et les joueurs classés de la 60e à la 51e place.

50. Jean-Michel Larqué

Entre son impressionnante carrière de joueur et ses décennies passées à commenter, disséquer et analyser le football à la télévision et à la radio, combien de génération de Français Jean-Michel Larqué aura-t-il marqué ? Larqué, c'est d'abord ce jeune milieu de terrain lancé dans le grand bain pars les Verts à même pas vingt ans et qui gagne le championnat dès la saison 66-67. C'est le premier d'une série de quatre titres consécutifs en D1, avant le triplé de 74-75-76 à une époque où Sainté regarde le football français de très très haut. Larqué, c'est aussi le capitaine de la campagne européenne de 1976, cette aventure mythique fracassée contre un poteau carré quelque part à Glasgow il y a 40 ans presque jour-pour-jour. Arrivé au PSG l'année suivante en théorie pour entraîner -à 29 ans seulement-, il sera forcé de jouer avec son équipe pour palier au manque de créateur sur le terrain. Et que ses " Tout à fait, Thierry " nous manquent... AD

Youtube

49. Corentin Martins

Il n'y pas qu'Éric Cantona et David Ginola qui ont été éclipsés par l'émergence du phénomène Zidane en équipe de France. Il fut même un temps où Corentin Martins était annoncé comme le prochain maître à jouer de la sélection. Mais ce 17 Août 1994, jour du match amical entre la France et la République tchèque, le Brestois laisse sa place à un jeune joueur à l'expérience internationale nulle et donne naissance, sans le savoir, au meilleur footballeur de l'histoire hexagonal. Martins peut ainsi continuer sa belle carrière en club sans regret. Ce championnat et ces deux Coupes avec l'AJ Auxerre des années 90, dont il est était l'emblème, lui suffiront amplement. FC

Youtube

48. Bernard Genghini

L'incarnation du problème de timing. " C'est un regret, je n'ai pas vraiment eu de réussite dans mes choix ", confie-t-il. Pendant toute sa carrière, le talentueux meneur de jeu alsacien a couru après un titre de champion de France qu'il n'a jamais pu conquérir. À Saint-Étienne et à Bordeaux, il arrive deux ans…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant