Ils ont marqué le foot français, de 30 à 21

le
0
Ils ont marqué le foot français, de 30 à 21
Ils ont marqué le foot français, de 30 à 21

Chaque mois, jusqu'à l'Euro, Sofoot.com retracera les 100 joueurs qui ont marqué le football italien, espagnol, allemand, anglais et français. On termine donc avec la France, et les joueurs classés de la 30e à la 21e place.

30. Jocelyn Angloma

Quel est le meilleur arrière droit de l'histoire de Valence selon l'avis des supporters ? Jocelyn, pardi ! En évoluant en Espagne jusqu'à 37 ans (un âge où il était encore titulaire), le solide latéral a marqué l'histoire du club. À ce moment-là, celle du football français était déjà marqué de son empreinte. Notamment grâce à cette épopée européenne avec Marseille en 1993. Un souvenir toutefois mitigé pour le joueur : "Sur ce match, je me fracture la jambe ! Au bout d'une heure, le tibia gauche s'est rompu. Les gens retiennent que j'étais là, mais ils ne se souviennent pas comment je termine. On va dire que le sentiment était partagé : je n'ai pas pu faire la fête, je n'ai pas pu aller serrer la main de François Mitterrand aux Champs-Élysées… " Ni celle de Chirac en 98, puisqu'il quitte l'EDF deux ans auparavant. Remplacé par un certain Lilian Thuram. FC

Youtube

29. Manuel Amoros

Amoros, c'est un coup de tête face au Danemark lors du match d'ouverture de l'Euro 84 (qui lui fera louper pratiquement toute la compétition). C'est aussi le tir au but raté en finale de la C1 91 avec l'OM contre l'Étoile Rouge de Belgrade. Mais Amoros, c'est surtout cinq championnats de France (deux avec Monaco, trois avec Marseille), la LDC 93, une finale d'Euro remportée, 461 rencontres de D1 et 82 sélections. Amoros, c'est enfin le joueur français de l'année 86, le meilleur latéral droit de l'histoire marseillais pour les fans du club et l'un des pionniers à son poste. Celui qui a ouvert le couloir à Maicon, Lahm ou autres Dani Alves, c'est sans doute lui. FC

Youtube

28. Joël Bats

La tribune de l'Estadio Jalisco de Guadalajara au Mexique doit sans doute encore trembler. Dans la fournaise de ce 21 juin 1986, en quart de finale de Coupe du monde, la France joue sa survie dans la compétition face à l'ogre brésilien. Face aux coéquipiers de Sòcrates, les Bleus tiennent bon et s'accrochent à ce score de 1 partout arraché par le but de Platini à la 40e minute. Mais à la moitié de la deuxième mi-temps, alors que Zico…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant