Ils ont marqué le foot espagnol, de 70 à 61

le
0
Ils ont marqué le foot espagnol, de 70 à 61
Ils ont marqué le foot espagnol, de 70 à 61

Chaque mois, jusqu'à l'Euro, Sofoot.com retracera les 100 joueurs qui ont marqué le football italien, espagnol, allemand, anglais et français. On continue avec l'Espagne, et les joueurs classés de la 70e à la 61e place.

Les 100 joueurs qui ont marqué le foot espagnol

70. Alberto Górriz


Bixio Górriz se veut la définition même de l'amour du maillot. Natif d'Irun, à quelques mètres de la frontière française, ce Basque pur souche a articulé sa carrière autour d'un seul fanion, celui de la Real Sociedad. Une liquette txuri-urdin dont il a écrit le plus beau pan d'histoire avec deux Liga consécutives remportées en 1981 et 1982 par une équipe composée exclusivement, ou presque, de canteranos. Mieux, avec ses quelque 599 apparitions, il est le joueur le plus capé de l'histoire de San Sebastián devant les mythiques Arconada, Zamora et Kortabarria. Cette carrière réussie, il y met fin en 1993, après douze petites capes avec la Roja et une participation au Mondial italien de 90. Aujourd'hui encore, tout Anoeta se souvient de ce central à la relance soyeuse et au cœur pur. RD

Youtube

69. Ángel Arocha


Les légendes ne meurent jamais, et Ángel Arocha Guillén fait bien partie de cette catégorie. Issu de l'île canarienne de Tenerife, le garçon est recruté pour ses talents de buteur par le Barça de l'époque. L'objectif ? Succéder de la meilleure des façons possibles au mythe blaugrana Paulino Alcántara. Recruté à l'été 1927, Arocha ne tarde pas à donner raison à son nouvel acquéreur : le Barça remporte la Coupe d'Espagne en 1928, puis la première Liga de l'histoire à la saison 1928/1929. Aimé des supporters et grand défenseur du barcelonismo, Arocha détient des statistiques exceptionnelles chez les Culés, avec 215 buts inscrits en 207 matchs toutes compétitions confondues. Arocha part du Barça pour l'Atlético de Madrid en 1933, puis pense mettre fin à sa carrière trois ans plus tard, se marier avec sa femme argentine et vivre avec elle à Buenos Aires. Engagé par l'armée franquiste pour la guerre civile alors qu'il préparait son départ depuis Tenerife, Arocha s'oblige à vivre comme un soldat lambda dans l'armée et oublie les privilèges. Huit mois avant la fin de la guerre, l'ancien footballeur meurt à…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant