Ils ont marqué le foot allemand, de 70 à 61

le
0
Ils ont marqué le foot allemand, de 70 à 61
Ils ont marqué le foot allemand, de 70 à 61

Chaque mois, jusqu'à l'Euro, Sofoot.com retracera les 100 joueurs qui ont marqué le football italien, espagnol, allemand, anglais et français. On continue avec l'Allemagne, avec les joueurs classés de la 70e à la 61e place.

70. Ulf Kirsten

Un peu à l'image de Gerd Müller, Ulf Kirsten aura essentiellement fait une chose pendant toute la durée de sa carrière : marquer des buts. Plein de buts. Du droit, principalement, mais aussi du gauche, de la tête, des genoux, de la hanche et ce malgré un rapport poids (81kg) / taille (1m72) pas forcément avantageux. Sur le terrain, que ce soit à Dresde ou à Leverkusen, il marquait et c'était à peu près tout. Trois fois meilleur buteur de la Bundesliga, il termine sa carrière en club avec 290 buts au compteur. Né dans la région de la Saxe, Ulf Kirsten est le seul joueur d'origine est-allemande à avoir joué quasiment autant de matchs avec la RFA (51 sélections) qu'avec sa RDA natale (49 sélections), ce qui lui confère encore aujourd'hui une très grande popularité un peu partout en Allemagne. Surnommé "der Schwatte", en raison de ses cheveux noirs corbeaux et de sa barbe de trois jours, il a aussi fait, pendant les 90's, les beaux jours de quelques marques de rasoirs. Certaines publicités dans lesquelles il a "joué" doivent encore hanter ses nuits.SS

Youtube

69. Sebastian Deisler

Après seulement 11 apparitions en Bundesliga avec Gladbach, son entraineur, Friedel Rausch ne doute pas : "A un moment donné, il sera mentionné au même titre que Walter, Seeler et Beckenbauer". "Basti Fantasi" avait quelque chose de plus, une faculté à toucher le ballon sans effort, à glisser, comme sur un nuage. Ses centres, délicieusement brossés, trouvaient toujours preneurs. Déjà, il part vers l'ambitieux Hertha Berlin. "J'avais 19, 20 ans et les Allemands pensaient que je pouvais sauver le football allemand. Moi seul. Il y avait aussi Michael Ballack, mais il avait quatre ans de plus et jouait dans un Kaiserslautern idyllique. Ils ne m'ont pas donné le temps de me poser" a-t-il ainsi expliqué des années plus tard à Die Zeit. Le corps de Deisler, en l'occurrence ses genoux, craque. Pourtant le Bayern le veut quand même.

Neuf années de…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant