Ils méritent aussi une médaille

le
1

Médaille de l'acharnement YOHANN DINIZ. Sur 50 km, le marcheur tricolore est allé au bout de lui-même. Malade, victime d'un malaise, le recordman du monde de la distance a vécu un calvaire pour terminer 8 e et finir la journée à l'hôpital. « Je ne savais même plus où j'étais », avoue-t-il. Médaille de la discorde LES PISTARDS FRANÇAIS. Dans l'histoire de la piste française, on n'a jamais eu besoin de s'aimer pour performer. Deux des trois membres du trio de vitesse en bronze (Baugé et D'Almeida, photo) restent convaincus qu'ils n'auraient pas dû faire équipe avec le troisième (Pervis). Et tous ont des griefs contre l'encadrement. Médaille du raté WILHEM BELOCIAN. Le Guadeloupéen a la palme du court-métrage. Trop impatient, il a en effet été sorti dès les séries du 110 m haies... sur faux départ. A genoux, en larmes, le Tricolore était inconsolable d'avoir gâché quatre ans de travail. Médaille du ridicule LA NATATION TRICOLORE. De « l'affaire Agnel » (photo) à une conférence de presse de bilan surréaliste, en passant par les déclarations du président Luyce après la disqualification d'Aurélie Muller en 10 km en eau libre, les Bleus ont touché le fond. Médaille de « l'esprit olympique » BENOÎT PAIRE. Pierre de Coubertin aurait été fier de l'Avignonnais... Le tennisman a en effet réussi à se faire virer du groupe France pour avoir passé plus de temps avec sa compagne Shy'm qu'avec ses petits camarades. « Je suis content de partir, a-t-il lâché. J'ai un oeil différent de ce qu'il se passe aux Jeux Olympiques. » Médaille du souvenir ALEXIS VASTINE. L'ombre du boxeur, tragiquement décédé dans un accident d'hélicoptère en 2015, a plané sur le Riocentro, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pichou59 il y a 4 mois

    les sportifs pro millionnaires à titre individuel n'ont rien à faire aux JO ,......, ils ne représentent qu'eux-mêmes, et les médias les suivent, fric obliqe