Ils grouillent, la planète trinque

le , mis à jour à 05:52
0
Ils grouillent, la planète trinque
Ils grouillent, la planète trinque

Le termite de Formose, la teigne des choux... Ces noms ne vous disent sans doute rien. Mais parlez-en à des agriculteurs, des maraîchers, des forestiers, et vous verrez leurs cheveux se dresser sur la tête. Car ces trois bestioles sont d'une voracité sans limite. Et causent des dégâts considérables aux maisons, aux cultures et aux arbres qu'elles attaquent. D'après une étude publiée hier par des chercheurs français dans la revue « Nature Communications », les insectes envahissants coûtent au moins la somme colossale de 69 Mds€ à l'économie mondiale, dont plus de 6 Mds€ en dépenses de santé !

 

A lui seul, le termite de Formose est responsable de 26,7 Mds€ de dégâts sur la planète. C'est l'un des ravageurs les plus destructeurs du monde. Cachées dans des caisses en bois de GI's revenant du Japon à la fin de la Seconde Guerre mondiale, ses larves se sont implantées sur le territoire américain. Attirés par les maisons en bois, les termites de Formose les rongent au point que les bâtiments s'effondrent. Une seule colonie peut mesurer 30 m de long. « Les dégâts qu'il cause et sa capacité de dispersion remarquable l'ont placé en première place de la liste des cent espèces les plus envahissantes, souligne le CNRS, dont plusieurs chercheurs ont participé à cette étude inédite. Cette espèce n'a jamais pu être éradiquée une fois établie, et on craint un potentiel établissement en Europe avec le changement climatique. »

 

Ces invasions d'insectes vont se multiplier  dans le futur

 

La petite teigne des choux porte, elle, bien son nom. Lorsqu'elle s'attaque au légume dont elle raffole, ils deviennent invendables. Coût : 4,1 Mds€ par an. « Les insectes dans leur ensemble pèsent particulièrement sur l'agriculture en consommant l'équivalent de ce qui pourrait nourrir 1 milliard d'êtres humains », a calculé le CNRS. La France est loin d'être épargnée. Venu d'Afrique, le ver du ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant