Ils avaient fait 3-0 à l'aller...

le
0
Ils avaient fait 3-0 à l'aller...
Ils avaient fait 3-0 à l'aller...

Un score de 3-0 à l'aller, c'est à se demander s'il y a un intérêt à suivre le match retour. Les précédents en Ligue des champions n'incitent pas à l'optimisme.

Saison 2013-2014 / Real Madrid-Dortmund / 3-0 à l'aller, 2-0 au retour
En quarts de finale, le Real Madrid d'Ancelotti ne fait pas de détails contre Dortmund. Un rapide but de Bale, puis une frappe vicelarde d'Isco, et la réalisation règlementaire de Cristiano Ronaldo en seconde période, ça fait 3-0. De quoi souffler pour le Mister, se dire que le cauchemar de la demie de la saison précédente est enterré pour les Merengues, et préserver Cristiano Ronaldo au retour. Sauf que Dortmund mène rapidement 2-0 dans son stade grâce à un doublé de Marco Reus. Qui marque le premier sur une remise foireuse de la tête de Pepe. Le Real et Ronaldo sur le banc trembleront jusqu'au bout.
Même scénario cette année ? Il faut reconnaître que Piqué a tout à fait le profil du central un peu trop dilettante dans un match comme ça. Et puis, pour son dernier match au Bayern, il avait déjà fait n'importe quoi en se rasant la tête le jour du match.
Saison 2012-2013 / Real Madrid–Galatasaray / 3-0 à l'aller, 3-2 au retour
C'est à croire donc que c'est une stratégie pour le Real Madrid en quarts de finale. Pour ce match-là, les présentations étaient toutes anglées de la même manière : les retrouvailles entre José Mourinho et son ancien buteur, Didier Drogba. Si l'Ivoirien joue tout le match, il n'est pas vraiment remis de son passage en Chine quelques mois plus tôt. Dans le direct d'après-match sur beIN Sports, Papin n'hésite d'ailleurs pas à lui dire qu'il l'a trouvé lourd. En même temps, Nounkeu en défense, c'est pas de sa faute. Au retour, Cristiano Ronaldo coupe toute envie de remuntada avec un but dans les premières minutes. Mais en seconde, les stars du Bosphore se lâchent : un but d'Eboué, un but de Sneijder et un but de Drogba. Cela valait bien le coup de faire péter le chéquier en janvier.
Même scénario cette année ? Un but de Messi dans les première minutes, c'est tout à fait possible. Mais si derrière, il y a des buts de Thiago Alcántara et Thomas Müller, ça pourrait réconcilier tout le monde en Bavière et ça serait déjà ça de pris.
Saison 2011-2012 / APOEL Nicosie–Real Madrid / 0-3 à l'aller, 5-2 au retour
Vainqueurs surprise de Lyon en huitièmes de finale, les Chypriotes se disent que la blague ne devrait plus passer contre le Real. Mais en football, tout est possible, non ? Non.…







Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant