Illarramendi, un petit tour et puis revient

le
0
Illarramendi, un petit tour et puis revient
Illarramendi, un petit tour et puis revient

Annoncé comme le nouveau Xabi Alonso, Asier Illarramendi s'en est allé du Real Madrid comme un vulgaire Royston Drenthe. De retour à San Sebastián depuis août dernier, il espère retrouver un plaisir perdu durant ses deux années blanches.

La Castellana et le Paseo del Prado forment l'artère névralgique de Madrid. De la gare d'Atocha jusqu'à sa jumelle du Nord de Chamartin, ce boulevard concentre, en plus de l'activité financière de l'Espagne, quatre des musées les plus visitées de la capitale. Au pied d'un podium composé du Prado, de la Reina Sofia et du Thyssen, le Tour du Bernabéu raconte la gloire plus que centenaire du fanion merengue. À la mi-juillet 2013, l'antre madridista reçoit un contingent de visiteurs basques, tous en quête de souvenirs à ramener. Parmi eux, Asier Illarramendi. Accompagné par trente de ses amis d'enfance, il avoue "être halluciné par la dimension de tout ça ". Ce "tout ça" renvoie à la grandeur d'un Real Madrid qui, contre 39 millions d'euros, vient de l'arracher de sa Real maternelle. Un saut dans l'inconnu pour l'espoir de 23 ans qui, deux étés plus tard, ressemble fortement à une chute. Après 90 apparitions de blanc vêtu et une déception tout aussi grande, le natif de Mutriku a opté pour un retour à la maison. Un choix qui réjouit les deux Real ainsi que le principal intéressé. Retour sur un échec programmé.

"Je continue à manger les croquetas de ma grand-mère"


Comprendre l'échec merengue d'Asier Illarramendi ramène inévitablement à ses racines. Né dans un village de 5000 âmes, à la frontière entre la province de Guipuscoa et de Biscaye, il baigne dès sa jeunesse dans un environnement des plus ruraux. À Mutriku, la vie s'exerce autour d'un pilier : la pêche. L'économie locale tourne autour de ce commerce, et la seule industrie présente découle des conserves des produits de la mer. Rapidement repéré par la Real Sociedad, il ne quitte son cocon que pour aller s'entraîner quotidiennement à Zubieta. "Je dis fièrement que je suis un gars de mon village, lance-t-il dès sa première interview à El Pais, en 2012. Je ne vais pas changer parce que je suis un footballeur. Je continue à manger les croquetas de ma grand-mère et à jouer avec mes amis de Mutriku." Cet attachement lui vaut l'adoration d'Anoeta dès ses débuts professionnels, en 2010. Pivot du milieu txuri urdin, il explose, à l'instar de Griezmann, Íñigo Martínez et Carlos Vela, sous la houlette de Philippe Montanier. Tant et si bien qu'à l'été 2013, le Real Madrid n'hésite pas à se payer sa clause libératoire estimée à une quarantaine de millions…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant