Iliad: repart de l'avant, capacité de recrutement confirmée.

le
0

(CercleFinance.com) - En hausse d'environ 6% ce midi à la Bourse de Paris, vers 188 euros, l'action Iliad saluait les comptes semestriels publiés par l'opérateur télécoms alternatif dont Free est la marque principale. Alors que le groupe hexagonal entend se lancer en Italie, il vient de nouveau d'apporter la preuve de sa capacité à “recruter” des abonnés dans un marché français lui aussi mature.

Si le sommet annuel de 238 euros touché par l'action le 18 mars, soit avant l'annonce de l'échec du rapprochement Orange/Bouygues Telecom, reste hors de portée, le titre avait aussi marqué, le 18 août, un point bas à 167,5 euros qui semble s'éloigner.

En effet durant le premier semestre 2016, les ventes d'Iliad ont augmenté de 6,3% à 2,3 milliards d'euros, tirées par le segment Mobile (+ 10,6% à 973,4 millions) plus que par le fixe, plus mature (+ 3,4% à 1,3 milliard).

En effet, le 'recrutement' de nouveaux abonnés était au rendez-vous dans le mobile, avec presque 400.000 contrats (nets des résiliations) de plus sur la période. Soit un total supérieur à 12 millions et une part du marché français de 17,4%. Et ce alors que ledit marché a perdu 105.000 abonnés sur la période. Enfin, malgré un réseau à la qualité souvent décriée, Free revendique aussi le doublement en un an du nombre de ses abonnés à la 4G, à 4,7 millions.

Du côté du “fixe”, marché désormais moins dynamique, Iliad n'est pas en reste : “Free redevient le premier opérateur alternatif Haut débit et Très haut débit en France”, affirme le groupe. Il déclare en effet avoir recruté 123.000 abonnés 'nets', soit 37% du total en France sur le semestre. Ce qui lui permet de compter désormais près de 6,3 millions d'abonnés.

De ce fait, l'excédent brut d'exploitation (EBITDA) consolidé du groupe contrôlé par Xavier Niel a de nouveau progressé plus vite que les ventes (+ 11,5% à 808,5 millions). Soit une marge de 35,2% contre 33,6% un an plus tôt, sachant qu'Iliad entend dépasser les 40% 'd'ici la fin de la décennie'. Idem pour le bénéfice net : + 16,9% à 190,4 millions.

Le ratio d'endettement reste mesuré au 30 juin (0,89 x, l'un des “plus faibles (parmi les) opérateurs en Europe”, se vante Iliad) alors que le groupe va, grâce à ses récentes acquisitions, pouvoir sortir de l'Hexagone et devenir le 4e opérateur mobile d'Italie.

Pour l'heure, on n'en sait pas plus à ce sujet. De toute façon, avant d'envisager un lancement opérationnel et commercial au-delà des Alpes, Free doit d'abord attendre que la Commission européenne se prononce sur ses acquisitions locales auprès de Hutchison et de VimpelCom. A suivre.

Quoi qu'il en soit, l'optimisme domine chez les bureau d'études. Selon le consensus compilé par FactSet, parmi les 20 analystes qui suivent le titre Iliad, 12 sont à l'achat, un à renforcer, cinq à conserver et deux à la vente. Leur objectif de cours moyen en date du 15 août ressortait à 232 euros.

EG


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant