Iles du Morbihan : les navettes de la colère

le
0
Iles du Morbihan : les navettes de la colère
Iles du Morbihan : les navettes de la colère

Accompagnés de députés et sénateurs, les maires des îles du Morbihan ont rendez-vous ce mardi après-midi à Paris au ministère des Transports. Ils s'opposent aux augmentations des tarifs de bateau et à la diminution du nombre de rotations. Pour faire mieux entendre leurs positions, ils demanderont un moratoire alors que la délégation de service public liant le département financeur et Veolia, par le biais de sa filiale la compagnie Océane, doit être renouvelée le 1 er janvier.

Injonctions de la chambre régionale des comptes

Lundi et jeudi dernier, les habitants de Groix, Houat, Hoëdic et Belle-Ile-en-Mer ont manifesté à Vannes devant le conseil général et, ce week-end, ils ont perturbé les navettes maritimes. A Groix, ils se sont enchaînés sur le bateau pour stopper les rotations de samedi matin à dimanche midi. A Belle-Ile, ils ont empêché le dernier ferry du soir de prendre son quai d'arrêt de nuit, obligeant le bateau à faire des ronds dans l'eau. Tout est rentré dans l'ordre lundi mais la colère des îliens reste vive.

Une colère qui a commencé avec la volonté du président du conseil général, François Goulard, de répondre aux injonctions de la chambre régionale des comptes. Celle-ci a déclaré illégaux les tarifs de traversée préférentiels accordés aux familles des insulaires, aux propriétaires de résidence secondaire et à tous les autres habitants du Morbihan désirant visiter leurs îles.

Le billet aller-retour passerait de 33,65 EUR à 36 EUR en haute saison. Quant aux îliens, ils payeraient 6 EUR au lieu de 5,75 EUR. Surtout, un bateau serait supprimé et le coût du passage des marchandises augmenterait jusqu'à plus de 200 %. « L'équilibre économique des îles est fragile, explique-t-on sur les quais de Groix. Beaucoup de gens vont renoncer à nous visiter et la vie des îliens va devenir plus chère. » « Juste 2 centimes par kilo de sucre », a rétorqué François Goulard, tentant sans ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant