Ile-de-France : le RER B sacrifié aux touristes et aux hommes d'affaires ?

le
2
Le RER B, avec ses 900 000 passagers quotidiens, est la 2e ligne d'Europe.
Le RER B, avec ses 900 000 passagers quotidiens, est la 2e ligne d'Europe.

En 2023, Roissy ne sera plus qu'à 20 minutes de Paris grâce au Charles-de-Gaulle Express. Un mauvais coup porté au RER B, selon les opposants au projet, qui dénoncent un investissement « inutile et coûteux » alors que la ligne B du RER, empruntée chaque jour par quelque 900 000 usagers, attend sa rénovation.

L'État est favorable à CDG Express, une desserte « de standing » qui, moyennant 24 euros, permettra de relier le deuxième aéroport européen à la gare de l'Est plus rapidement que par les autoroutes A1 ou A3 (45 minutes) ou le RER (entre 30 et 50 minutes). En février, la publication d'une ordonnance confiant à une filiale commune de la SNCF et de Paris Aéroport le soin de mener à bien ce chantier à 1,6 milliard d'euros était passée inaperçue. Et en juin, c'est dans une relative indifférence que se sont tenues deux réunions publiques sur cette desserte ferroviaire de 32 km de long - dont 8 km de voies nouvelles - censée entrer en service un an avant les Jeux olympiques de 2024 que Paris souhaite organiser.

« Le symbole de notre société bloquée »

Mais à une semaine de la clôture de l'enquête publique, le 12 juillet, la mobilisation s'amplifie. Jeudi dernier, des élus, syndicalistes et usagers des transports réunis en collectif ont tracté massivement dans plusieurs gares des lignes du RER B et du Transilien K. La veille, le maire écologiste de Sevran avait organisé une réunion...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dotcom1 il y a 5 mois

    40 ans après l'inauguration de CDG, il serait temps...

  • bernm il y a 5 mois

    24€ pour 32km......