Ile-de-France : explosion du coût des transports pour les lycéens

le
9
Les départements jugent que les transports sont du ressort de la région. Laquelle rétorque qu'elle subventionne déjà la carte imagine'R et renvoie à la compétence sociale, qui est du ressort... des départements !
Les départements jugent que les transports sont du ressort de la région. Laquelle rétorque qu'elle subventionne déjà la carte imagine'R et renvoie à la compétence sociale, qui est du ressort... des départements !

Cette semaine, les parents d'élèves d'Ile-de-France reçoivent dans leur boîte aux lettres les formulaires pour renouveler l'abonnement aux transports en commun de leurs enfants scolarisés au collège et au lycée. Mauvaise surprise, son tarif a doublé pour les lycéens non boursiers. De 180 euros par an, le prix de la carte Imagine'R passe à 341,90 euros à la rentrée 2016. Une spectaculaire augmentation.

Jusqu'alors, les conseils départementaux des Yvelines, des Hauts-de-Seine, de l'Essonne, de la Seine-Saint-Denis, du Val-de-Marne, du Val-d'Oise, de la Seine-et-Marne et de Paris subventionnaient, à proportion variable, jusqu'à 50 % les cartes Imagine'R des collégiens et des lycéens. Un soutien qu'ils ont choisi d'interrompre, au motif que leurs caisses sont vides, la dotation de l'État s'étant drastiquement réduite. Une coupe claire dont ils se défendent en argumentant que la compétence transports relève des prérogatives de la région. À quoi le conseil régional répond « être toujours au rendez-vous » : « La carte transports des lycéens coûte moitié moins qu'un pass navigo [70 euros mensuels, NDLR], car la région continue de la subventionner pour moitié. La variation du prix est due uniquement à la suppression des aides départementales. » Et d'ajouter que cette subvention relève de la compétence sociale, dévolue elle aux départements.

Des dommages collatéraux sur l'orientation en lycée professionnel

...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jmlhomme il y a 11 mois

    Qui se met le fric dans les fouilles ? demande M. X et bien ce sont les fonctionnaires de nos collectivités territoriales que l'on restructure ( les regions ) mais sans aucun personnel en moins, des départements qui nont plus de raisons d'etre et qui se permettent des rénovations de batiments par dizaines de millions (comme à Caen), des mairies qui se regroupent mais en conservant et les maires et les personnels. C'est cela le socialisme...... On oublie les citoyens et crée des fonctionnaires

  • dupon666 il y a 11 mois

    le rsa,l'arriere cour du chomage coute cher

  • remimar3 il y a 11 mois

    Vous avez eu pendant 4 ans les augmentations d'impôts confiscatoires et maintenant vous avez la réduction des services. C'est la triple peine : plus de prélèvements pour moins de services et des nouvelles lois contraignantes qui prétendent vous protéger alors que c'est l'emploi qu'on attend et non pas les tracasseries.

  • jlagran5 il y a 11 mois

    Le département des Hauts de Seine ne subventionnait pas,

  • pleclerc il y a 11 mois

    Il existait pourtant une solution très simple : supprimer les département et transférer les prérogatives aux régions, au lieu de nous vendre une réforme bidon sur le regroupement des régions. On aurait fait de vraies économies permettant de financer du social.Et puis, ce genre de mesure ne va pas dans le sens de la réduction de la fraude ! On peut aussi penser que les recettes globales vont diminuer, si beaucoup de jeunes renoncent à prendre un abonnement.

  • frk987 il y a 11 mois

    Les contribuables français en ont assez de payer les transports en commun parisiens, que les parisiens payent le juste prix comme en province et croyez moi c'est par 4 qu'il faudrait augmenter les tarifs RER-Métro.

  • Qradar il y a 11 mois

    ca sert a quoi les conseils départementaux ?

  • heimdal il y a 11 mois

    Les impôts et taxes explosent et le social baisse :qui se met le fric dans les fouilles ?

  • aiki41 il y a 11 mois

    Ben c'est normal !! Ces étudiants et ces lycéens sont des futurs travailleurs donc il faut les taxer dès à présent..........on ne sait jamais ce que réserve l'avenir ! Par contre, s'ils avaient été autre chose ils auraient sûrement reçu quelques écus !