Ildar Khanov, le bâtisseur visionnaire de Kazan

le
0
Cet architecte tatar de 73 ans qui peint, boxe et pratique le yoga, a vu le Christ il y a vingt ans. Depuis, il soigne les corps et les âmes des concitoyens de sa ville natale où il a conçu et construit de ses mains un «temple universel des religions». Rencontre avec l'homme qui rêve de réconcilier Jésus, Bouddha et Mahomet.

Un quart d'heure avant d'entrer dans la gare de Kazan, les trains de grandes lignes ralentissent sans s'arrêter à la station Staroe Araktchino, comme pour laisser aux passagers le temps de comprendre ce qu'ils voient défiler derrière la vitre. À quelques mètres, coincé entre le chemin de fer et l'autoroute qui longe la Volga, s'élève un édifice de briques rousses et blanches, aux couleurs vives, coiffé de clochers, bulbes et dômes bariolés. Une église orthodoxe fantaisiste d'inspiration orientale, au premier regard. Sauf que dans le ciel bleu intense ne se découpent pas seulement les traditionnelles croix, mais aussi des croissants de lune et des étoiles de David... Ce que le voyageur engourdi par un long périple et par la chaleur immobile de l'été n'a que le temps d'entrevoir, c'est le «Temple universel», élevé sur les rives de la Volga par une poignée d'enthousiastes, sous l'égide d'un homme aussi étrange que charismatique. Ildar Khanov parle d'une voix douc

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant