«Il y aura un avant et un après Marina»

le
0
Les parents bourreaux de la petite fille, morte à 8 ans après des années de torture, ont été condamnés mardi à trente ans de réclusion criminelle

À l'issue du verdict, une seule phrase résonnait dans les couloirs du palais de justice du Mans: «Il y aura un avant et un après Marina». La condamnation des parents bourreaux de Marina, morte à 8 ans après des années de tortures, à trente ans de réclusion criminelle assortie d'une peine de sûreté de vingt ans, prononcée mardi aux assises du Mans, n'a pas ému les accusés, stoïques dans leur box, comme délivrés du spectre de la perpétuité.

Un père «sous influence»?

Une peine indifférenciée pour les deux parents qui satisfait les avocats de l'accusée, Virginie Darras. Les avocats d'Éric Sabatier s'étaient employés durant le procès à minimiser le rôle de leur client, «sous l'influence», disaient-ils, de son épouse. «La cour ne s'est pas laissé abuser, personne n'a cru que ce gaillard de 2 mètres se soit laissé instrumentaliser par une petite bonne femme à fort caractère.»

La cour a également condamné les accusés à verser 25

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant