Il y a un an coulait Chelsea

le
0
Il y a un an coulait Chelsea
Il y a un an coulait Chelsea

La saison dernière, à la même époque, les Blues de Mourinho, alors leaders de Premier League, recevaient une belle gifle à Tottenham (5-3). Une rencontre qui marque l'origine du déclin du jeu de Chelsea. Et qui explique les résultats actuels.

Une première place, 41 buts marqués en 19 journées, 13 encaissés, 14 victoires pour une petite défaite. Voilà pour les statistiques de la Ferrari Chelsea de Mourinho lorsqu'elle s'avance à White Hart Lane pour affronter Tottenham en ce 1er janvier 2015. Les Spurs ne devraient pas faire long feu et le duel va être plaisant, pense-t-on. Car outre leur domination nationale en matière de points et leur vitesse folle, les Blues surprennent par le beau design de leur automobile depuis le début de la saison. Fàbregas offre caviar sur caviar, Hazard pète des reins à chaque rencontre, Costa brille par ses brindilles et Matić joue le rôle du parfait régulateur dans un collectif bien huilé. Ce qui débouche parfois sur des branlées à faire péter la braguette des supporters (6-3 à Everton, 4-2 contre Swansea…).

Mais si la rencontre tient toutes ses promesses niveau spectacle, le score est loin d'être celui envisagé par les bookmakers. Contre toute attente, Tottenham détruit le leader de Premier League. En long, en large et en travers. La bande de Pochettino ridiculise son adversaire grâce notamment à un Kane en feu. La défense blue, plus empruntée que jamais, boit la tasse, qui a un goût bien différent de la bière de la veille. Résultat final : 5-3. Terry a-t-il trop fêté le 1er de l'an ? Cahill a-t-il abusé du digeo ? Sûrement, mais la question n'est pas là pour le Special One.

Un pas en avant, deux pas en arrière


"On a distribué beaucoup de cadeaux de Noël, des cadeaux que les amateurs de foot n'aiment pas voir. On a fait des erreurs défensives, des erreurs individuelles. On a eu des problèmes face à la vitesse et la puissance de Chadli et le mouvement de Kane. Ce n'était pas facile pour mes défenseurs de les tenir. " Évidemment, n'importe quel entraîneur aurait détesté voir ce que la défense londonienne a montré. Mais pour Mourinho, le maître tactique, c'est pire. Lui qui avait décidé d'innover cette saison en proposant du jeu se sent trahi. Non pas par ses joueurs, mais par lui-même. Où est passé la maîtrise collective qui a fait les beaux jours des clubs dans lesquels il est passé ? Quid de la rigueur et des replacements défensifs indispensables à son système ? En optant pour un football attractif, le Mou prend soudain conscience qu'il s'est…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant